×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Intempéries: Le Maroc sous l’eau

Par L'Economiste | Edition N°:2887 Le 23/10/2008 | Partager

. Décès, dégâts matériels enregistrés. Inondations à Casablanca. Les services d’intervention débordés NOYADES, disparition, dégâts matériels… Le bilan des intempéries s’alourdit de jour en jour. Selon les dernières statistiques, sept personnes sont décédées (dont cinq par noyade et deux frappées par la foudre) dans plusieurs régions du Royaume, ces dernières 24 heures. On ne compte pas les pertes de bétail, des récoltes et plantations détruites par la grêle, notamment dans la région de Taza. De nombreuses habitations, routes et autres infrastructures ont été détruites dans les provinces de Zagora, Essaouira, Al Haouz, Azilal, Chichaoua, Oujda et Errachidia. L’alerte est maintenue et les autorités publiques sont invitées à «sensibiliser les populations des régions exposées naturellement aux dangers des inondations». Hier mercredi, plusieurs villes se sont réveillées les pieds dans l’eau après des pluies continues durant la nuit du mardi et la matinée. C’est le cas de Casablanca où le niveau des précipitations a atteint un pic cumulé de 28 mm, entre 6h45mn et 10h. De nombreux quartiers, de Derb Ghallef à Hay Mohammadi, ont été submergés. Des caves, rez-de-chaussée d’immeubles, maisons individuelles, cafés ont été inondés. Des familles ont tout perdu dans un quartier populaire de Derb Ghallef. «A chaque fois qu’il pleut intensément, on revit ce calvaire. Il faut tout reconstruire», déclare de guerre lasse une mère de famille. Quant à la circulation, elle a été quasiment paralysée dans tous les coins de la capitale économique. Cela a été suffisant pour rendre la tâche difficile aux automobilistes casablancais. En effet, la pluie a provoqué la paralysie de nombreuses artères à Casablanca. La sortie par l’autoroute vers Mohammédia et Rabat a été bloquée durant plusieurs heures. Des débordements ont été enregistrés au niveau des trémies (mosquée Hassan II, bd Zerktouni), sous les ponts ONCF. Le standard de Lydec, et à la limite débordé, a été assailli d’appels (plus d’un millier). Les services du délégataire ont dû utiliser 10 motopompes d’une capacité d’évacuation de 1.200 m3/heure pour débloquer la situation. Toutefois, le dispositif d’intervention reste sur le qui-vive. Lydec a mobilisé 81 équipes qui travaillent en étroite collaboration avec les éléments de la police et de la Protection civile. De grosses averses sont, en effet, attendues jusqu’à dimanche sur l’ensemble du Royaume. J. R. et H. E.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc