×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Société

    Inquiétants affaissements de voiries à Casablanca

    Par L'Economiste | Edition N°:2869 Le 26/09/2008 | Partager

    . Des résidences d’Addoha touchéesLes récentes intempéries n’ont pas fait que des heureux. En effet, dimanche dernier, les pluies du week-end qui ont arrosé la métropole économique ont causé de nombreux dégâts dans le quartier Moulay Rachid, préfecture de Sidi Othmane. Particulièrement touchés, les logements économiques de la résidence El Houda. Façades fissurées, voiries affaissées, tuyauterie endommagée, carrelage décollé… De nombreuses familles ont dû évacuer leur domicile, dans la nuit de dimanche à lundi, par crainte d’un effondrement. «On a cru que c’était un séisme», déclare la famille de l’appartement n°5 immeuble 30 (G. H3) qui a trouvé refuge dans le local du syndic de la résidence. Mais nombreux sont ceux qui ont dû passer la nuit à la belle étoile. Lundi 22 septembre, les habitants ont organisé un sit-in. Quelque 500 familles y ont participé pour protester contre le promoteur qui «n’aurait pas respecté le cahier des charges, notamment sur le volet fondations et dalles». Selon des témoins, le terrain sur lequel a été construite, en 2004, la résidence - autrefois une décharge publique de 20 m de profondeur - n’aurait pas été correctement stabilisé. Ce qui a provoqué un glissement du sol. D’ailleurs toujours selon les copropriétaires, un drame similaire s’était produit en 2006. Le laboratoire d’essais et d’études LPEE avait fait des analyses. «Mais les structures des sols n’ont pas été jugées défaillantes», précise-t-on auprès du promoteur, le groupe immobilier Addoha. Aujourd’hui, les habitants montent au créneau et dénoncent la qualité des constructions. «Depuis notre installation en 2004, c’est la quatrième fois qu’on affronte le même problème de l’affaissement du sol», témoigne un habitant de l’immeuble 30. Sur place, des fissures sont partout visibles! «Les murs ne sont plus étanches. L’humidité imprègne les murs. Les tuyaux des eaux usées ont provoqué des fissures dans les particules fines du gypse», ajoute un autre plaignant. Au total, l’immeuble en question compte 26 appartements de 50 à 60 m2. Ce sont les logements du rez-de-chaussée qui sont le plus affectés. Le complexe immobilier compte près de 10.000 habitants. Contacté par L’Economiste, le groupe Addoha précise que «les affaissements touchent plutôt les voiries mais pas l’enceinte des bâtiments». Pour Abderrazzak Waliallah, le directeur général adjoint, «il faut éviter toute confusion à ce sujet». Par ailleurs, les habitants pointent aussi du doigt Lydec. Pour eux, les causes de l’affaissement sont également liées à une voirie et des canalisations inadaptées. Voirie que les équipes du gestionnaire délégué sont en train de remettre en état. Un chantier de compactage et de bétonnage du sol est également en cours.A. Bo.

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc