×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Ingénierie financière : GP Banque et le groupe Slaoui lancent Medifin

    Par L'Economiste | Edition N°:196 Le 21/09/1995 | Partager


    Medifin, société anonyme créée par GP Banque et le groupe industriel Slaoui axera son activité sur l'ingénierie financière et la gestion de fonds d'investissement. Dès la fin 95, un fonds irlandais couvrira le Maghreb.


    GP Banque, banque d'affaires de droit français à vocation maghrébine, s'implante officiellement au Maroc à travers Mediterranean Finance (Medifin).
    Créée sous forme de société anonyme, Medifin est dotée d'un capital de départ d'un million de DH, réparti entre GP Banque et M. Omar Slaoui.
    "A court terme, Medifin représentera GP Banque au Maroc, mais l'objectif est de constituer très vite un courant d'affaires autonome", précise M. Slaoui, président-directeur général de Medifin. Elle assurera la gestion de fonds d'investissements créés par GP Banque et déjà actifs au Maroc. Il s'agit notamment de Maroc Privatisation (FCP de 10 millions de Dollars créé en 1994) et de Medpart (société de capital risque de 30 millions de Dollars créée en 1988).

    MED Fund, fonds irlandais


    Par ailleurs, un fonds irlandais MedFund couvrant tout le Sud de la Méditerranée sera lancé avant la fin 1995.
    "Outre les placements en bourse, ce fonds investira dans des entreprises non cotées, afin de renforcer leurs fonds propres et leur autonomie à l'égard du système bancaire", explique M. Olivier Pastré, directeur général de GP Banque.
    Le champ d'intervention de Medifin s'étendra également à l'ingénierie financière, à savoir le montage financier de transactions commerciales et la mise en contact de partenaires industriels (y compris dans le cadre des privatisations), en intégrant la notion de risque commercial et de risque pays. "L'évaluation du risque établie par des analystes imprégnés du pays a plus de chance de se rapprocher de la réalité et limite de ce fait les erreurs d'appréciation", explique le président de GP Banque, M. Abderrahmane Hadj Nacer, ancien gouverneur de la Banque Centrale d'Algérie et ancien associé chez Lazard.

    Medifin, en tant que société de services, développera le conseil en direction de grands groupes. "Au-delà d'un certain stade de développement, ces derniers se doivent de se restructurer organiquement et financièrement", poursuit M. Slaoui.
    Mais l'entreprise de taille moyenne qui recherche des partenaires ou des ressources pour renforcer son assise financière fait également partie de la clientèle ciblée. Medifin favorisera donc tout rapprochement entre entreprises, encourageant l'implantation des opérateurs européens au Maroc et tout particulièrement celle des sociétés marocaines en Europe. "GP Banque a déjà bouclé plusieurs dossiers d'implantation en Europe pour le compte de groupes marocains et veut montrer que les flux d'investissement peuvent aussi aller du Sud au Nord", affirme M. Pastré.
    Pour leur implantation au Maghreb, les dirigeants de GP Banque ont écarté la notion de filiales ou d'agences et opté pour un réseau de sociétés indépendantes. Le statut juridique de chacune de ces sociétés est adapté au contexte local. Elles sont dans certains cas liées entre elles par des participations croisées au niveau du capital.

    HBC, `partenaire maghrébin


    Medifin constitue la troisième société du réseau de la banque d'affaires française qui en détient 50% du capital.
    Le groupe GP Banque avait auparavant établi une relation de partenariat avec IMB (40% du capital aux côtés de la SFI et de Credtanstalt), première banque d'affaires autorisée en Tunisie qui est opérationnelle depuis une année. L'Union Bank, première et à ce jour seule banque privée du pays, constitue le partenaire algérien du Groupe, autorisée depuis six mois.
    Il est à noter que Medifin n'est pas le premier investissement réalisé par GP Banque au Maroc. GP Banque a pris une participation de 10% au capital de la société de bourse MSI au capital de la BNDE.
    "Ces trois investissements sont complémentaires et représentent près de la moitié des fonds propres de GP Banque, c'est-à-dire un engagement global très supérieur à ce qui a été fait dans les autres pays du Maghreb", précise M. Pastré.
    GP Banque a, début 1994, ouvert 40% de son capital à HBC, holding maghrébin constitué de groupes privés à caractère industriel. Le groupe marocain Slaoui, le Tunisien Abbas et l'Algérien Hadjas sont les trois actionnaires de HBC.
    En conséquence, la Société Marseillaise de Crédit (SMC), actionnaire de référence de GP Banque, détient aujourd'hui 60% du capital. "GP Banque est ainsi devenue une banque d'affaires maghrébine par l'origine de ses capitaux aussi bien que par la nature de son activité exclusivement tournée vers le Maghreb", affirme M. Hadj Nacer. La Société Marseillaise de Crédit, actionnaire de référence de GP Banque, conserve aujourd'hui 60% du capital.
    Présente en Afrique depuis 1920, la SMC est une banque à vocation méditerranéenne, participant au capital de la SGMB au Maroc et de la BIAT en Tunisie.

    Mouna KABLY

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc