×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Dossiers

Infrastructures
ONCF : En attendant la grande vitesse

Par L'Economiste | Edition N°:2808 Le 27/06/2008 | Partager

. 17,2 milliards de dirhams pour la rénovation du réseau et des trains. Les premières lignes TGV en service entre 2013 et 2015 L’augmentation du trafic aussi bien des marchandises que des voyageurs a poussé l’ONCF (Office national des chemins de fer) à intensifier son programme de développement. Au total, ce sont 17,2 milliards de dirhams qui ont été engagés dans le plan 2005-2009. Valeur aujourd’hui, ce plan est engagé à hauteur de 95% pour un taux d’avancement de 65% à fin 2007. Il est constitué de trois types d’opérations visant à doter l’Office d’un réseau ferré moderne. Concrètement, il s’agit en premier lieu de projets visant la mise à niveau de l’appareil de production. Ils englobent, entre autres, le renouvellement de la voie (400 km) et des lignes caténaires (400 km), en passant par la modernisation et le renforcement des installations de sécurité. Il en est de même de la construction, l’extension et l’aménagement d’une trentaine de gares jusqu’à la réhabilitation et le rajeunissement d’une partie du parc matériel roulant. Le deuxième type d’opérations est composé de plusieurs chantiers visant à répondre à une demande en pleine croissance et ce, via l’augmentation de la capacité du réseau et l’amélioration des conditions de son exploitation sur des axes de plus en plus sollicités. Il en est ainsi de l’achèvement du dédoublement de la voie jusqu’à Fès, du lancement des travaux de dédoublement de la voie sur les tronçons Sidi El Aidi-Settat et Nouacer-El Jorf. L’Office a également procédé à l’acquisition de 24 rames automotrices à deux niveaux.Le troisième bloc d’opérations porte sur l’extension du réseau en vue d’assurer son développement dont les travaux ont démarré depuis le début de l’année 2005. C’est le cas de la desserte ferroviaire du nouveau port de Tanger Méditerranée sur une cinquantaine de km, de la construction de la liaison Taourirt-Nador (117 km) et de la réalisation d’un raccourci entre Sidi Yahia et Mechraa Bel Ksiri (47 km). Afin de faire face à la demande qui ne cesse de progresser et que le réseau actuel ne saura résorber à terme, l’Office a élaboré un schéma directeur pour le développement d’un réseau ferré de lignes pour Trains à grande vitesse au Maroc (TGVM). L’étude ayant été menée entre 2005 et 2006. Ce schéma prévoit la construction d’un réseau de 1.500 km à l’horizon 2035. Il permettra de relier Tanger à Agadir via Rabat, Casablanca, Marrakech et Essaouira en moins de 4 heures (ligne atlantique). Et en moins de 3 heures. Casablanca à Oujda via Meknès, Fès (ligne maghrébine).En plus des temps de parcours réduits, les 133 millions de passagers attendus bénéficieront de services de haute qualité à travers des horaires cadencés, des systèmes d’accueil, d’information et de réservation modernes. La première phase de ce projet sera achevée en 2015. Ainsi deux lignes à grande vitesse seront mises en service. La première, reliera Tanger à Casablanca dès 2013. Un protocole d’accord a été signé avec la France. Il porte sur la conception, la construction, l’exploitation et l’entretien d’une section d’une longueur de 200 km pour une vitesse d’exploitation de 320 km/h. Le coût du projet, selon des études préliminaires, est estimé à 20 milliards de dirhams. Il permettra d’effectuer le trajet entre les 2 métropoles en 2 h et 10 mn au lieu de 5h 45mn actuellement. Il drainera un flux de clientèle estimé à 8 millions de passagers par an. La seconde reliera Marrakech à Casablanca en 1 h20 mn à l’horizon 2015 au lieu de 3 h15 mn actuellement.


Chiffre d’affaires en progression, mais…

En 2007, l’Oncf a réalisé un chiffre d’affaires global ayant franchi le seuil des 3 milliards de dirhams, soit une progression de près de 6% par rapport à 2006. L’Office a réalisé l’année dernière un trafic de 26 millions de voyageurs et 36,5 millions de tonnes de marchandises. Cependant, il faut signaler qu’il risque d’accuser des pertes dans l’éventualité d’un retrait de l’OCP de son portefeuille clients. Ce dernier envisageant de construire des pipelines pour le transport de ces produits. J.B.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc