×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Dossiers

Infrastructures
La Marina qui métamorphosera Casablanca

Par L'Economiste | Edition N°:2808 Le 27/06/2008 | Partager

. Un investissement de 5,4 milliards de dirhams . Le projet abritera la tour la plus haute au MarocTous les Casablancais attendent la fin des travaux du gigantesque chantier de la Marina sur la corniche. La Marina de Casablanca vient répondre à un besoin pressant. Collée au port, elle comprend la construction du bassin, les anneaux, le pontage, le yacht-club et l’école de voile. Pour ses promoteurs, la Marina est là pour répondre à plusieurs demandes: d’un point de vue urbain, elle permettra la création d’un nouveau pôle multifonctionnel avec une offre complète (résidentielle, professionnelle et de loisir). Au niveau environnemental, elle offrira aussi un nouvel espace vert pour les habitants de la ville. Le projet s’étale sur une assiette foncière de 26 hectares dont 10 seront gagnés sur la mer. Les travaux maritimes de protection seront de 1.020 mètres d’aménagements (protections, dalle de circulation, mur de garde, promenade piétonne), et de 370 mètres de protection pour le nouveau parc à blocs. En vue de finaliser la proposition d’aménagement, qui a reçu l’accord de principe, selon les responsables de la CGI, plusieurs études complémentaires ont été lancées: de conditions climatologiques, du trafic généré par le projet, d’équipements du port de plaisance, d’intégration du projet dans le processus MDP du protocole de Kyoto, et, enfin, la communication (show-room, bureau de vente…). L’investissement global du projet permettra aussi le financement de plusieurs équipements. Au niveau de la ville de Casablanca, il prévoit l’aménagement des espaces verts mitoyens du projet, la réalisation d’équipements publics et un plan d’action pour l’embellissement de la Médina. Au premier semestre 2007, les premiers plans d’aménagement et les études techniques ont été réalisés. La deuxième moitié de 2007 a connu le lancement des études architecturales et techniques, ainsi que le démarrage des travaux d’aménagement. Selon la CGI, les livraisons se feront à partir de 2009. Difficile de comparer la Marina de Casablanca aux autres grands chantiers du Maroc. Elle est réalisée conformément à un nouveau concept international d’urbanisme baptisé «parcs habités». Ainsi, les parcs et les espaces verts occuperont deux tiers de la surface du projet. Le tiers construit sera éparpillé au milieu de la verdure. De plus, l’ensemble du périmètre sera une surface piétonne. La circulation des véhicules est prévue dans deux sous-sols couvrant toute la superficie du projet. Ces souterrains seront éclairés naturellement et permettront la continuité de la végétation du site. Le chantier compte quatre grandes phases de développement. C’est la première partie qui englobe la Marina proprement dite. Les travaux d’aménagement de ce port de plaisance sont presque achevés. Cette phase abritera également un grand hôtel de luxe ainsi que le plus grand palais des congrès au Maroc, avec une superficie de 26.800 m2. Il sera composé d’une salle plénière de 2.200 places et d’un hall d’exposition de 6.000 m2. La phase Marina englobera également des espaces de loisirs et d’animation (yacht-club, restaurants, commerces...) La deuxième phase, «Ramblas», sera principalement à vocation commerciale. Elle comprendra un hôtel d’affaires qui sera le plus haut bâtiment de Casablanca (R+35). De plus, les Ramblas abriteront un des plus importants centres commerciaux du Maroc: étalé sur 60.000 m2, il sera composé de galeries marchandes ouvertes. La troisième phase, baptisée «Les Portes océanes», sera en grande partie dédiée à l’immobilier résidentiel et d’affaires. Elle abritera un centre d’affaires de 4 tours. La hauteur des immeubles résidentiels variera entre 7 et 14 étages. La dernière phase, «Les Jardins de la mosquée», sera uniquement affectée aux espaces verts (3 hectares en totalité). Le nouvel aquarium de Casablanca est le seul bâtiment d’envergue prévu dans cet espace mitoyen à la mosquée Hassan II. Sur le registre du financement, une structure dédiée a été créée spécialement: baptisée «Al Manar», son capital est détenu par la CGI, filiale de CDG Développement, et par Sama Dubaï (opérateur émirati). Le projet, en globalité, a nécessité la mobilisation de plus de 5,4 milliards de dirhams (terrains compris). Les montants sont couverts par les fonds propres des promoteurs et par les banques marocaines. Selon la CGI, les avances versées lors de la commercialisation permettront de dégager jusqu’50% du chiffre d’affaires total.Casablanca Marina sera placée dans une zone qui a longtemps été délaissée: El Hank, l’ancienne médina... Des endroits où peu de Casablancais ont l’habitude de s’aventurer. Même la vue sur la mer ne les a pas encouragés à s’approprier ces quartiers réputés pour leur insécurité. Des projets comme la Marina, le réaménagement des jardins intramuros de l’ancienne cité ou encore le Festival de Casablanca, qui a installé des scènes dans ces zones, ont encouragé le grand public à s’intéresser de près à ce patrimoine délaissé.A. E. Y.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc