×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie

    Industrie et environnement, un tandem de choc

    Par L'Economiste | Edition N°:2571 Le 17/07/2007 | Partager

    . Des vides juridiques mettent en péril le littoral. Les industriels priés de composer avec la donnée écoloL'INDUSTRIE et l’environnement ne font pas toujours bon ménage. Il n’empêche que les entreprises essaient tant bien que mal de converger vers une industrie propre, ou du moins soft.Dans cette optique, le gouvernement a mis en place certaines lois, notamment la loi 28.00 concernant la gestion des déchets solides, appliquées ou pas encore, pour tenter de préserver l’environnement. Ceci n’est pas évident si l’on sait que les intérêts des industriels passent en priorité. En tout cas, il semblerait que les industriels aient compris l’enjeu, et l’urgence de prévenir la destruction de l’environnement. Dans ce cadre, le groupe ONA a donc organisé le vendredi dernier à Casablanca un séminaire sur l’environnement sous le thème «Industrie et environnement». Des industriels étaient conviés; mais également des personnes représentant divers services du ministère de l’Aménagement du territoire, de l’Eau et de l’Environnement (MATEE), venues parler de leurs programmes. «Nous nous sommes engagés dans la protection de l’environnement avec nos partenaires», a déclaré Mohamed Aziz Derj, directeur de la qualité, sécurité et environnement à l’ONA. D’ailleurs le groupe n’en est pas à ses premières actions. Il vient de lancer des sacs en plastique biodégradable par les hypermarchés Marjane (cf. www.leconomiste.com). D’autres exemples, cette fois il ne s’agit pas d’emballage mais du littoral. Ce dernier ne jouit que d’une faible protection et une inexistence de délimitation précise faute de définition juridique. «Il faut instaurer des règles de protection du littoral et y allouer une institution», explique Abderrahim Bourdane, de la direction de la réglementation et du contrôle au MATEE. Mais il serait également utile de constater l’impact des industries sur l’environnement, sans quoi il serait dur d’évaluer l’enjeu et surtout de mesurer sa gravité et les pertes qu’il entraîne. Il existe justement un service au sein du MATEE qui prend en charge ce genre d’études. L’Etat peut donc prendre les décisions adéquates en possédant les données nécessaires. Même le promoteur pourra tirer profit de ces informations. Elles lui permettront d’améliorer la compétitivité de son projet industriel, d’évaluer sa rentabilité et sa conformité. L’étude d’impact sur l’environnement permettra à l’industriel de réaliser un gain économique. Pourtant, ce genre d’études n’est pas généralisé, ce ne sont que certains projets qui sont assujettis, notamment les établissements insalubres, les industries de produits alimentaires et le textile.Quelle est la procédure? Il faut d’abord vérifier l’assujettissement du projet à la réglementation en vigueur, ensuite déposer un dossier auprès du secrétariat du Comité national des études d’impact pour examen de recevabilité (en 23 copies!) Ceci dit, le nombre d’études réalisées est en évolution depuis 1994, 228 projets examinés depuis le lancement. 60% dans le domaine industriel et 33% dans les infrastructures (dont 40% pour les stations d’épuration).En dépit de leur intérêt, ces études-là ne connaissent pas le succès escompté. Elles sont lésées par un budget serré, un effectif réduit et l’absence de suivi et de contrôle des projets.Sara BADI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]com
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc