×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Industrie des produits de la mer
2,8 milliards de DH pour moderniser la pêche côtière

Par L'Economiste | Edition N°:2664 Le 03/12/2007 | Partager

. Un programme de mise à niveau 2008-2012. Construction de halles nouvelle génération . Mise en place d’un fonds de garantie spécifique au secteur Le programme de mise à niveau de la filière pêche côtière et artisanale va-t-il enfin être lancé? La question taraude bon nombre de professionnels. Surtout par les temps qui courent. La conjoncture internationale demeure en effet marquée par une forte augmentation de la demande en produits de la mer mais aussi par un renforcement des barrières non tarifaires. Celles-ci ont trait aux exigences de qualité et de traçabilité des produits de la pêche. D’où l’intérêt affiché par les milieux de la valorisation à l’égard de l’orientation pour la modernisation de la pêche côtière et artisanale. Comment répondre aux exigences du marché d’exportation si l’activité n’arrive à pas s’arrimer aux standards internationaux? est-on en droit de s’interroger. D’autant plus que le débat ne date pas d’aujourd’hui. Et que les divers départements qui ont planché sur la réforme se sont, pour la plupart, bien gardés d’en amorcer le processus. D’aucuns ont même compliqué les choses en encourageant la prolifération des «canots de la mort».Visées électoralistes obligent! Aujourd’hui, la donne a beaucoup changé. Et à en croire l’Office national des pêches (ONP), un programme à l’horizon 2012 est d’ores et déjà lancé. Certains édifices comme la construction des halles modernes dans certaines villes viennent de faire l’objet d’avis d’appels d’offres. En somme, il vise la mise à niveau et la modernisation de l’ensemble des maillons de la filière. Dans l’objectif d’accompagner et d’améliorer la compétitivité du secteur à l’export mais aussi de renforcer la consommation interne des produits de la mer.Le programme porte sur un budget d’investissement global de 2,8 milliards de DH pour la période 2008-2012. Car il sera appuyé par des fonds supplémentaires de l’ordre de 2,1 milliards provenant du budget de l’Etat et d’autres sources de financement notamment, l’Agence du Sud, l’Union européenne, la coopération japonaise et Millinium Challenge Corporation. Mais l’enveloppe de lancement détenue par le maître d’œuvre, en l’occurrence l’ONP, est de 730 millions de DH. Elle concerne trois axes principaux: l’organisation de la commercialisation qui se taille 536 millions de DH, le développement du secteur de la pêche avec 144 millions et la modernisation de l’entreprise, 50 millions.Au premier chapitre, les actions concernent la construction d’une nouvelle génération de halles au poisson dans les principaux centres de réception de poisson mais aussi de consommation. Ces halles seront appuyées par l’implantation d’un réseau de marché de gros. L’aménagement de villages de pêche et de points de débarquements fait également partie de cet axe. Et le dispositif sera complété par la certification aux normes et la mise en place d’un système de traçabilité. Le deuxième axe concerne la mise à niveau et la modernisation de la flotte. L’action principale porte sur la mise en place d’un fonds de garantie spécifique au secteur. De ce fait, l’essentiel de l’enveloppe dédiée par l’ONP concernera la modernisation des moyens de manutention et de déchargement, la mise en place d’un système d’information pour la commercialisation des produits et l’encadrement de la pêche artisanale. Se rangent aussi parmi ces actions, l’appui à l’export à travers la mise en place de zones franches et de pôles de compétitivité.Au niveau de la modernisation de l’entreprise, le programme vise l’encouragement de la régionalisation des implantations. Histoire de promouvoir la valorisation sur les lieux mêmes des débarquements. Sont ciblées également, la modernisation des équipements et l’adaptation des outils institutionnels et du cadre réglementaire. Car, à terme, l’objectif recherché est de rendre les transactions plus transparentes et conformes à la législation en vigueur. L’informel et la désorganisation des circuits de commercialisation prédominent même au sein des ports et autres halles modernes au poisson.


Le poids d’un secteur

Le secteur des pêches au Maroc emploie dans son ensemble quelque 400.000 personnes. La production halieutique tourne autour de 700 à 800.000 tonnes dont près de 90% sont le fait de la pêche côtière et artisanale. Leurs débarquements s’orientent pour une bonne part au marché de bouche et la transformation. La farine et l’huile de poisson ainsi que la congélation et la salaison sont les autres débouchés. A. G.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc