×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Industrie des pâtes alimentaires
Le Maroc loin derrière la Tunisie et l’Algérie

Par L'Economiste | Edition N°:2860 Le 15/09/2008 | Partager

. Une consommation de seulement 3,5 kg par an et par habitant Le Marocain n’est pas particulièrement friand de pâtes alimentaires. Autrement dit, sa consommation moyenne annuelle par tête comparée à celle dans d’autres pays reste très timide. Par exemple, la Tunisie, avec une population moindre que celle du Maroc, est le troisième consommateur mondial de pâtes alimentaires. La consommation moyenne dans ce pays maghrébin est de 12 kg par an et par habitant. En Algérie, ce sont quelque 8 kg qui sont consommés chaque année par chaque habitant. Sans parler, bien sûr, des Français qui consomment 17 kg de pâtes par an et par personne, ou encore des Italiens dont la consommation annuelle moyenne par habitant dépasse les 27 kg. Au Maroc, l’on ne dépasse guère, bon an mal an, une moyenne annuelle de 3,5 kg par habitant. Plusieurs raisons à cela, insiste-t-on auprès de l’Association marocaine des industries des pâtes et du couscous (Amipac). «Le Marocain n’a pas une bonne image des pâtes, d’autant plus qu’il est beaucoup plus enclin à favoriser la consommation de légumes, et qui dit légumes, dit tagine de viande», estime Mohamed Khalil, PDG de Dari Couspate et vice-président de l’Association. Toutefois, la demande sur le couscous est en constante évolution. Autre raison: «Les pâtes alimentaires étaient fabriquées au Maroc à partir de matières premières qui n’étaient pas nobles, alors qu’elles devraient être produites à partir de la semoule de blé dur», indique Khalil. Du coup, leur goût n’était pas bon et le consommateur s’en est finalement détourné. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas. Dans un élan commercial et qualitatif commun, les producteurs ont décidé de n’utiliser comme matière première pour la fabrication de leurs pâtes alimentaires que la semoule de blé dur. «Nous avons tous décidé, nous les industriels du secteur, depuis une dizaine d’années, de jouer sur la qualité du produit, pour donner au consommateur des pâtes préparées à partir des meilleures semoules de blé dur et à moindre coût notamment en lui proposant nos produits également à la vente en vrac», indique le PDG de Dari Couspate. A noter que pendant le Ramadan, la consommation de pâtes atteint un pic bien particulier à ce mois sacré. En effet, les ménagères utilisent beaucoup le vermicelle dans la préparation de l’incontournable harira. «Nous constatons, effectivement, que, depuis quelques années, les Marocains commencent à consommer plus de pâtes», souligne Khalil. Pour ce dernier, ceci est le résultat d’une évolution, tangible et visible à tous les coins de rue, des habitudes de consommation des Marocains. Les fast-foods se sont installés partout, même dans les petites villes. Les repas rapides et pas trop chers attirent tout le monde, particulièrement les jeunes, qui ont manifesté un grand engouement pour les spaghettis, la pizza et autres paninis. Des enquêtes de consommation ont, d’ailleurs, montré que la demande domestique sur les pâtes et dérivées demeure encore supérieure à l’offre industrielle répertoriée. Quoique pourvue par les moyens traditionnels, cette demande a tendance à progresser davantage et cela malgré l’existence indéniable de flux informels, pour ne pas dire tout simplement de la contrebande. Toutefois, les professionnels estiment que les perspectives du secteur ne peuvent être que prometteuses.J. E. HERRADI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc