×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie Internationale

    Indonésie: Premier voyage officiel du nouveau Président

    Par L'Economiste | Edition N°:633 Le 08/11/1999 | Partager


    · La visite concerne huit pays voisins partenaires de l'ASEAN
    · M. Wahid veut se présenter à ses homologues et en même temps tourner la page sur les 32 ans d'autocratie de ses prédécesseurs


    Le nouveau Président indonésien Abdurrahman Wahid consacre son premier voyage à l'étranger à ses voisins et partenaires de l'Association des Nations de l'Asie du Sud-Est (ASEAN). Il veut ainsi montrer que les nouvelles priorités de la politique étrangère de Jakarta sont d'abord régionales.
    Cette tournée de cinq jours conduira M. Wahid, à partir de ce samedi, dans huit capitales de l'ASEAN, la seule étape manquante au périple étant le riche sultanat de Brunei dont le dirigeant, le sultan Hassanal Bolkiah, est en déplacement à l'étranger.
    Avec seulement quatre nuits d'escale, le Président Wahid doit visiter successivement Singapour, la Malaisie, la Birmanie, la Thaïlande, le Laos, le Cambodge, le Vietnam et les Philippines. Ce voyage renoue avec la tradition de l'ASEAN, mais contrairement à ses prédécesseurs le président Wahid n'attendra pas la traditionnelle partie de golf pour aborder les sujets délicats avec ses interlocuteurs.
    M. Wahid, en effet, après deux congestions cérébrales, est quasiment aveugle et a des difficultés pour se déplacer sans aide, des handicaps qui ne l'ont cependant pas empêché, depuis son élection le 20 octobre dernier, de déployer une activité inattendue. Le premier but de ce déplacement est, selon des sources indonésiennes, de permettre à M. Wahid de se présenter à ses homologues, et le second d'essayer de montrer que l'Indonésie, après près de deux ans de crise et la chute de M. Suharto après avoir dirigé d'une main de fer pendant 32 ans le pays, entend tourner la page. M. Wahid, à la différence de son prédécesseur immédiat, Youssef Habibie, arrivé au pouvoir par la démission de son mentor et protecteur en mai 1998, peut se prévaloir d'avoir été élu dans un processus en voie de démocratisation.

    Hicham RAIQ (AFP)

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc