×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Immobilier: Un plan d’aide pour 1,2 million de propriétaires

    Par L'Economiste | Edition N°:2669 Le 10/12/2007 | Partager

    . Bush prévoit un gel des taux pour les emprunts subprimeLe président américain George W. Bush a dévoilé la semaine dernière un plan d’aide aux propriétaires endettés prévoyant notamment un gel des taux de leur emprunt immobilier «subprime» pendant cinq ans, et qui pourrait concerner près de 1,2 million de ménages. Les emprunteurs satisfaisant aux critères pourront «geler leur taux d’emprunt pendant cinq ans», a affirmé Bush, en soulignant que «jusqu’à 1,2 million de propriétaires américains pourraient prétendre à cette assistance».Ce plan d’aide, très attendu, concerne les emprunts immobiliers «subprime» -- ces prêts à taux variables consentis à des ménages à la situation financière fragile, et qui vont subir dans les prochains mois leur premier ajustement de taux, souvent en forte hausse.Sa mise en place devrait permettre d’éviter des procédures de saisies qui «auraient des conséquences négatives pour l’économie», a ajouté Bush, en soulignant que «les prêteurs et les investisseurs feraient face à des pertes énormes, donc ils ont un intérêt à soutenir le conseil aux emprunteurs et à travailler avec eux pour empêcher les saisies». Parmi les autres solutions proposées, les emprunteurs en difficulté pourront bénéficier de facilités de refinancement, a-t-il ajouté.Ce plan ne vise pas tous les ménages, mais uniquement ceux «qui seront incapables de payer leurs remboursements de prêt subprime une fois que les taux auront été ajustés à la hausse, mais qui pouvaient au moins faire face au taux initial», a ajouté le président américain.Il exclut donc les ménages pouvant faire face au refinancement, ceux qui n’auraient de toute façon pas pu rembourser leur prêt même à taux bas, ainsi que les investisseurs. Les prêts subprime ont été massivement consentis en 2005 et 2006, souvent avec des taux alléchants les 2 premières années avant une brusque remontée ensuite. Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc