×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Immobilier: Premiers signes de mévente à Marrakech

Par L'Economiste | Edition N°:2803 Le 20/06/2008 | Partager

. La clientèle étrangère hésite à investir . Les prix ne baisseront pas Les riads et les villas de Marrakech auraient-ils perdu leur attrait? L’activité immobilière dans la ville ocre enregistre un premier reflux après la folie de ces dernières années. C’est, en tout cas, ce que relèvent les professionnels. La mode Marrakech est en passe de devenir un vieux souvenir. Pour Bernard Schlappi, manager de l’agence Immogessy, «la fièvre immobilière à Marrakech ne pouvait pas durer éternellement, cette décrue était plus que prévisible». Pour d’autres, ce n’est qu’une alerte passagère. David Monterin, directeur commercial chez Atlas Immobilier, est de ceux qui pensent que l’essoufflement est dû à «la crise immobilière américaine dont nous commençons à ressentir les répercussions». Le subprime arrive au Maroc par Marrakech. «La clientèle européenne est de plus en plus hésitante à investir. Les gens font plus attention. Les taux d’intérêt ayant augmenté. Ça freine beaucoup de personnes qui reportent leur placement». La baisse des ventes est palpable pour Mounaim Bennani Karim, directeur de Guy Hoquet Maroc. Il reste néanmoins optimiste. «La crise va s’estomper d’ici une ou deux années», prédit-il. «Ce sont des cycles économiques», fait-il remarquer, car «nous vivons une période de récession qui se caractérise par une augmentation des prix du pétrole, des denrées alimentaires... Mais ce ralentissement va passer. On investit moins, par les temps de crise». Samir Benmakhlouf de Century 21, considère la situation autrement. Selon lui, il ne s’agit nullement d’une crise immobilière, mais parle d’offre déficiente. «Des palais à 10 millions DH à Marakech, les masses ne se bousculent pas pour les acquérir. Il suffit d’ajuster l’offre à la demande». . Contexte économique fragileCe qui est certain, par ailleurs, c’est que la crise internationale a un impact direct sur les ventes et atteint de plein fouet des agences immobilières qui ont mis la clé sous le paillasson. Le métier va mal. La roue tourne à Marrakech, constate Schlappi, ce sont les agences mal structurées qui ont d’abord accusé le coup. «Ça va assainir le marché», se contente de dire le directeur commercial d’Atlas Immobilier.     Malgré ce contexte économique qui fragilise les ventes, le prix du mètre carré est toujours aussi cher. Il est estimé entre 13.000 et 18.000 DH et atteint des pics de 23.000 DH au coeur de la ville. Le marché est instable et a du mal à trouver son équilibre. La profession est partagée. Si le directeur de Guy Hoquet prévoit une stabilisation des prix, Monterin pense que le rythme d’augmentation va progresser mais «à valeurs plutôt raisonnables». Cependant, personne ne se risque à parier sur une prochaine baisse. «Le marché de l’immobilier suit une courbe en escalier. Il ne baisse pas. Il augmente et passe parfois par des périodes de stagnation», explique Benmakhlouf. Mais il faut faire attention à la marche, parfois il lui arrive de doubler de volume. En l’espace de deux années seulement, le prix du mètre carré a augmenté «de 30 à 50% », confirme le directeur commercial d’Atlas Immobilier. Amira KHALFALLAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc