×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Immobilier d’entreprise
    Gros déficit sur l’offre locative

    Par L'Economiste | Edition N°:3310 Le 01/07/2010 | Partager

    . Logistique, commerces, industrie… les plus prisés. Plateaux bureaux: une superficie moyenne en hausse de 32%«L’immobilier d’entreprise se positionne désormais comme un secteur à part entière, c’est d’ailleurs l’un des éléments structurants du développement de la capitale économique», explique Hamid Ben Elafdil, directeur du CRI de Casablanca. Promoteurs immobiliers, professionnels de la logistique, industriels et représentants des pouvoirs publics se sont réunis lors de la première édition du forum de l’immobilier d’entreprise organisée mardi 29 juin à Casablanca. L’événement a été l’occasion de publier les résultats de la dernière édition du baromètre de l’immobilier d’entreprise, présenté par le CRI de Casablanca. Le rapport passe en revue les tendances majeures de l’immobilier professionnel tous types d’activité confondus. «Globalement, le secteur pâtit de l’absence d’une offre de location structurée», rappelle Ben Elafdil. D’ailleurs, la plupart des occupants sont propriétaires de leur bâtiment. Pour l’immobilier de bureau, les besoins des professionnels en surface stagnent par rapport à l’année dernière. Sur ce segment, la superficie moyenne actuelle se situe autour de 200 m². Inversement, pour l’immobilier commercial, industriel et logistique, les besoins connaissent une forte augmentation avec respectivement +46, +50 et +69%. Une tendance qui traduit une forte réactivité des opérateurs vis-à-vis des différents plans structurants initiés par les pouvoirs publics (plans Emergence, Rawaj, Logistique…). Pour sa part, la superficie des plateaux bureaux est en forte augmentation. En hausse de 32%, elle atteint en moyenne 220 m². La zone de Sidi Maârouf apparaît comme l’une des localisations les plus prisées. Pour ce quartier d’affaires, les besoins de croissance exprimés ont atteint 23% cette année contre 5% en 2009. Inversement, les besoins pour la région du centre-ville connaissent une forte baisse (33% contre 42% l’an dernier). Ce déplacement vers la périphérie s’explique en partie par les différents travaux visant la facilitation de l’accès à ces zones. Quant aux commerces, ils s’étendent en moyenne sur 578 m². Ainsi, la superficie occupée a augmenté de 48% par rapport à 2009. Paradoxalement, la superficie moyenne requise pour ce segment ne dépasse pas les 252 m². Du coup, les superficies disponibles pour l’immobilier commercial sont trop importantes et inadaptées. Sur ce registre, les zones les plus prisées restent le centre-ville avec 54% des intentions d’expansion ainsi que le triangle d’or (Zerktouni, Racine, Al Massira) avec 23%. La superficie moyenne des usines et autres bâtiments industriels atteint en moyenne 1.600 m². A ce niveau, d’importants besoins d’expansion sont exprimés pour Médiouna et Aïn Sebaâ-Mohammédia.Par ailleurs, les zones logistiques s’étendent sur des surfaces de 852 m² en moyenne (+6% par rapport à 2009). Les intentions d’expansion dans cette activité connaissent une forte croissance avec une augmentation de 25% des besoins exprimés par rapport à 2009.


    Zones d’activité économique

    Le schéma directeur d’aménagement du Grand Casablanca prévoit quelque 5.000 ha dédiés aux zones industrielles et logistique. A ce titre, trois corridors ont été définis. Le premier, sur l’axe Mohammédia-Sidi Rahal au long du littoral, sera dédié aux activités touristiques. La seconde zone d’activité s’étendra d’Anfa à Nouaceur en passant par Bouskoura. Celle-ci accueillera les entreprises du secteur tertiaire. Le troisième axe d’activité concentrera les industries et plateformes logistiques, qui seront regroupées entre Mohammédia, Bouskoura et Nouaceur. Othmane ARIDE

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc