×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Immigration qualifiée: Bientôt une «carte bleue»

Par L'Economiste | Edition N°:2611 Le 17/09/2007 | Partager

. Frattini la proposera fin octobreLA Commission européenne présentera le 23 octobre son projet de création d’un nouveau permis de séjour dans l’UE, une «carte bleue» s’inspirant de la «carte verte» américaine, pour attirer les immigrants plus qualifiés. Face au vieillissement démographique de l’UE, «le défi est d’attirer les travailleurs nécessaires pour faire face à des pénuries spécifiques», a déclaré le commissaire en charge de l’Immigration, Franco Frattini, dans un discours à Lisbonne. Selon Bruxelles, la moitié des immigrés originaires des pays méditerranéens, du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord titulaires d’un diplôme universitaire, résident au Canada et aux Etats-Unis, tandis que l’Europe accueille 85% de ceux qui n’ont pas fait d’études supérieures. Pour renverser cette tendance, Frattini propose de créer une «carte bleue européenne», en s’inspirant, mais de manière moins ambitieuse, de la «carte verte» américaine, le sésame pour l’émigrant allant travailler aux Etats-Unis. Cette carte bleue leur donnerait «le droit de travailler dans un Etat membre pour une période de deux ans, renouvelable». Après cette période initiale, ils pourraient aller «travailler sous certaines conditions dans un autre Etat membre», ce qui est difficile aujourd’hui, et accumuler ces différentes périodes de séjour pour obtenir le statut de résident de longue durée. Frattini estime que ces travailleurs devraient être admis sur la base de «critères communs: contrat de travail, qualifications professionnelles et un salaire clairement au-dessus des salaires minimums». Il présentera également fin octobre une deuxième proposition de directive pour s’assurer que les immigrants aient les mêmes droits que les citoyens de l’UE, au niveau de la sécurité sociale ou des conditions de travail. Dans ces domaines, la Commission sait qu’elle marche sur des oeufs car les Etats ont des besoins différents et sont farouchement attachés à leurs compétences. Les décisions nécessitant l’unanimité des 27, cela augure de longues discussions.Synthèse L’Economiste

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc