×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Immigration: La menace subsaharienne

Par L'Economiste | Edition N°:2122 Le 04/10/2005 | Partager

. Rencontre des ministres méditerranéens des AE en Tunisie. Les nouveaux flux migratoires au centre des débats Les pays des rives sud et nord de la Méditerranée ont souligné le 2 octobre en Tunisie l’urgence d’un engagement “immédiat et global” sur l’immigration dont ils ont souligné la dimension désormais subsaharienne. Les ministres des Affaires étrangères des onze pays membres du Forum méditerranéen réunis dans la station balnéaire de Hammamet, au sud de Tunis, ont décidé de placer cette question au centre du sommet euroméditerranéen de Barcelone, en novembre. Le Maroc y était représenté par son ministre Mohamed Benaïssa.“Il faut une approche globale de la question, qui doit être abordée de manière immédiate et urgente car les pays d’Afrique du Nord ne sont plus seulement des pays d’origine mais surtout des pays de transit”, a déclaré lors d’une conférence de presse le ministre espagnol des Affaires étrangères, Miguel Angel Moratinos. “Ce n’est plus, a-t-il dit, une question de migrants algériens, tunisiens ou marocains qui viennent en Europe, car il existe des accords bilatéraux avec ces pays. Nous devons faire face à de nouveaux flux migratoires venant d’Afrique subsaharienne, ce qui nécessite une approche globale”. L’Espagne a succédé à la Tunisie pour présider le Forum méditerranéen, organe d’échanges informels entre onze pays (Algérie, Egypte, Espagne, France, Grèce, Italie, Malte, Maroc, Portugal, Tunisie et Turquie). La réunion de Hammamet a préparé le sommet du 10e anniversaire du Processus euroméditerranéen de Barcelone, qui doit se dérouler du 27 au 29 novembre dans la capitale catalane. Le ministre algérien, Mohamed Bedjaoui, a proposé l’adoption à Barcelone d’une “charte euroméditerranéenne” sur l’immigration. Moratinos a souligné la nécessité d’une “approche intégrée” avec notamment la mise en commun des moyens techniques et financiers “pour être efficaces et solidaires”. Un plan global sur l’immigration devrait aussi assurer “les droits, les garanties et la dignité” pour les quelque quatorze millions de musulmans, essentiellement maghrébins, déjà installés dans l’UE, a-t-il ajouté. Le Forum a d’autre part préparé un “code de conduite sur la lutte contre le terrorisme” qui doit être adopté à Barcelone. La coopération économique et financière a été le troisième grand thème de la réunion, notamment sur les investissements européens en Afrique du Nord. La question de la création d’une banque euroméditerranéenne a notamment été évoquée. Le dialogue des cultures et des civilisations dont l’importance a été soulignée par le Forum sera à l’agenda des chefs d’Etat et de gouvernement à Barcelone. Les onze pays membres ont souligné leur accord pour une “intégration” de la Libye au Processus de Barcelone. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]om
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc