×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Immigration clandestine
L’Onu met en garde contre le tout répressif

Par L'Economiste | Edition N°:2124 Le 06/10/2005 | Partager

. 200 millions de migrants et 4 millions de clandestins dans le mondeUNE approche entièrement répressive des migrations clandestines n’est ni souhaitable ni réalisable, selon un rapport remis mercredi 5 octobre aux Nations unies, qui prône la mise en place d’une politique mondiale pour encadrer les migrations. Le rapport, rédigé par la Commission mondiale sur les migrations internationales, reconnaît le droit “souverain” des Etats de prévenir les entrées non autorisées. Il conclut cependant qu’une approche “purement restrictive des migrations irrégulières n’est ni souhaitable ni réalisable et pourrait mettre en danger les droits des migrants et des réfugiés”. “Le rôle des migrants dans le développement et la lutte contre la pauvreté doit être reconnu et soutenu”, écrivent les auteurs du rapport, soulignant que les transferts de fonds envoyés par les migrants vers les pays pauvres dépassent largement 150 milliards de dollars par an, soit trois fois le montant de l’aide officielle au développement. La Commission a été nommée fin 2003 par le secrétaire général de l’Onu, Kofi Annan. Le rapport, qui devait être remis mercredi à New York à Annan, appelle les Etats à coopérer pour lutter contre les migrations irrégulières. Il appelle dans le même temps à “intégrer efficacement” les migrants réguliers dans leur société d’accueil. Le nombre de migrants dans le monde est passé en l’espace de trente années de 75 à 200 millions de personnes, ce qui représente 3% de la population mondiale ou encore l’équivalent de la population du Brésil. A ce total s’ajoute celui des immigrés clandestins, qui seraient chaque année entre 2,5 et 4 millions à franchir des frontières sans autorisation. Annan décidera de la suite à donner à ce rapport qui devrait être soumis aux Etats membres de l’Onu à l’automne 2006.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc