×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Immigration: Amnesty International épingle l'approche américaine

Par L'Economiste | Edition N°:1437 Le 15/01/2003 | Partager

. L'association appelle au respect des droits de l'homme dans la nouvelle procédure d'enregistrement Amnesty International vient d'épingler la nouvelle procédure d'enregistrement américaine (www.leconomiste.com). Elle a publié un communiqué pour dénoncer les mauvais traitements subis par les ressortissants, objet de cette nouvelle procédure. En effet, il y a quelques mois, les Etats-Unis ont instauré une nouvelle réglementation sécuritaire, en vertu de laquelle les individus de sexe masculin, originaires de l'Afrique du Nord, du Moyen-Orient ainsi que de la Corée du Nord, doivent s'inscrire auprès des services de l'immigration des Etats-Unis. Ces individus ne doivent pas avoir le statut de résidants permanents. Selon Amnesty International, “le gouvernement américain doit veiller à ce que ces personnes soient humainement traitées et à ce que les droits de quiconque interrogé, arrêté ou placé en détention soient scrupuleusement respectés”, précise le communiqué.L'inquiétude d'Amnesty International fait suite aux mauvais traitements subis par un grand nombre d'hommes et de jeunes garçons musulmans originaires du Moyen-Orient, arrêtés en décembre. Ces derniers s'étaient présentés au service d'immigration et de naturalisation des Etats-Unis (INS), pour se faire enregistrer lors de la première étape de la procédure qui vise à suivre la trace des étrangers se trouvant aux USA avec un visa à durée limitée. Aucun Marocain n'a été arrêté lors de cette opération, laisse entendre Amnesty International. Les détenus sont tous du Moyen-Orient, précise-t-elle. Contactés hier pour vérifier cette information, les responsables d'Amnesty Maroc étaient injoignables. En tout cas, Amine Abdelhamid, président de l'Association marocaine des droits de l'homme (AMDH), tempère. “Nous n'avons pas d'informations pour confirmer ou infirmer la présence de Marocains parmi les détenus”, affirme-t-il. “Mais quand il y a eu cette nouvelle décision américaine, nous l'avons condamné, car il s'agit d'une ségrégation contre les ressortissants arabes et musulmans”, tient-il à préciser. Nadia DREF

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc