×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

ICV: La tendance haussière se poursuit

Par L'Economiste | Edition N°:2344 Le 22/08/2006 | Partager

. Une hausse de 2,9% sur les sept premiers mois. Malgré un léger recul de 0,6% pour juillet La tendance haussière des prix ne désarme pas. Observée déjà pour le premier semestre, elle se poursuit malgré un léger recul de 0,6% pour le mois de juillet de l’indice du coût de la vie (ICV). La baisse de cet indicateur, qui sert de base de calcul au taux d’inflation officiel, est attribuée selon les services du Haut-Commissariat au Plan (HCP) à la baisse de l’indice des produits alimentaires qui est de 1,8% et de la hausse de celui des produits non alimentaires.Une hausse de 2,9% de l’ICV est donc relevée sur les sept premiers mois. Comparé à son niveau au même mois de l’année 2005, l’ICV de juillet aura augmenté de 3,2% contre 0,5% au cours du même mois une année auparavant. A fin juillet donc, la ménagère a fait les frais d’un renchérissement de l’ensemble des produits constituant son panier. Et comme cela a déjà été relevé au terme du mois de juin, c’est incontestablement les transports et communications qui ont le plus flambé (10,6%). La hausse des prix à la pompe en février y est certainement pour beaucoup. La ménagère a dû aussi payer plus cher que l’année dernière sa nourriture. En effet, l’indice des produits alimentaires a augmenté de 3,3% à fin juillet et 0,2 points par rapport à juin. Sans doute en raison notamment de la reprise des prix du poulet qui se poursuit depuis quelque temps. En revanche, les dépenses en soins médicaux, habitation et biens d’équipements ménagers ont été, dans l’ensemble, relativement peu élevées. Les taux sont de 0,8% pour les premiers, 0,9% pour les deuxièmes et 1,1% pour les troisièmes. La culture et loisirs restent, quant à eux, les parents pauvres de la liste des dépenses des ménages marocains. Leur indice a enregistré une légère augmentation (1,2%), la même qu’à fin juin.Par ville, sur l’ensemble des 11 cités qui composent l’échantillon servant de base au calcul de l’ICV, trois ont le plus souffert de l’inflation de ces 7 premiers mois de l’année. Il s’agit de Fès (3,5%), Agadir (3,4%) et Marrakech (3,1%). Normal, puisque ce sont là trois villes à vocation touristique où la demande explose chaque été. Casablanca et Tanger (3%) affichent quant à elles une légère hausse par rapport à la moyenne (2,9%), talonnées de Rabat avec 2,9%. A l’autre bout de l’échelle, Laâyoune avec une progression de 1,7%. Khadija EL HASSANI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc