×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

IB Maroc aussi

Par L'Economiste | Edition N°:3175 Le 22/12/2009 | Partager

. Il prend 60% du capital d’Optimum Côte d’Ivoire . IB Maroc ambitionne un CA de 500 millions de DH en 2010. Et devrait finir cette année autour de 300 millions Un simple hasard de calendrier? Pas sûr, tant le PDG d’IB Maroc, Abdellatif Hadef, semble avoir préparé son coup. Il a fait coïncider effectivement l’officialisation de la prise de participation, conclue en octobre dernier, de 60% au capital d’Optimum (société spécialisée dans la conception, le déploiement, la supervision et l’exploitation des solutions de systèmes d’information) avec le passage de la caravane Maroc Export. IB Maroc avait alors puisé dans ses fonds propres, 20 millions de DH, pour prendre 60% des actifs de l’ivoirienne et 40% de l’algérienne, Séritelec du même domaine.Pour booster sa nouvelle filiale ivoirienne, le patron de la SS2I marocaine, a procédé à une augmentation de capital de 200 millions de francs CFA, soit près de 3,5 millions de DH. «Comme pour Séritelec devenue IB Algérie, nous comptons doubler, dès l’année prochaine, le chiffre d’affaires d’Optimum que nous avons rebaptisée IB Côte d’Ivoire». Comme pour les autres filiales et prises de participations (5 à travers l’Afrique et le Moyen Orient et une sixième filiale devrait voir le jour au Mali dans les prochains mois), l’apport d’IB Maroc réside dans la contribution en ressources humaines surtout, mises à disposition pour les besoins de formation et d’assistance. «Mais dans un mariage, il y a aussi tout ce qu’apporte la mariée», relativise Hadef qui refuse de voir dans sa stratégie toute idée d’assistanat. Dans ces prises de participations, il s’agit plutôt de partager la même stratégie de développement que la maison mère. «L’argent que mise IB Maroc dans ces sociétés est investi de façon effective et stratégique». Ce qui, pour Hadef, est très «important pour le développement du projet». Sachant que la Côte d’Ivoire représente près de 40% du PIB de l’Union économique monétaire de l’Afrique de l’Ouest (UEMOA) formée par 8 pays dont le Sénégal ou encore le Burkina Faso. Le marché ivoirien constitue pour le groupe IB Maroc un hub d’expertise pour toute la sous-région.Dans la foulée, il donne un aperçu des résultats attendus par son groupe pour cet exercice, qui sera clôturé en mars, mais évoque un chiffre d’affaires qui est revu à la hausse. Il devrait passer de 280 millions de DH à un peu plus de 300 millions. La première société du secteur des nouvelles technologies introduite à la Bourse de Casablanca en 2001, créée en 1997, poursuit assurément sa marche triomphale et revendique le rang de leader des entreprises spécialisées dans les SS2I. Le nouvel business plan, qui sera dévoilé en mars prochain, table sur un chiffre d’affaires de 500 millions de DH en 2010. B. T.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc