×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

IAM: La privatisation dans les tuyaux

Par L'Economiste | Edition N°:498 Le 03/05/1999 | Partager

· L'opérateur national perdra son monopole de fait dans deux mois
· 1,3 milliard de DH de perte en 2002 en l'absence d'un rééquilibrage tarifaire
· Une synthèse du cabinet anglais TCL


Le processus pour la privatisation d'Itissalat Al-Maghrib (IAM) est bien sur les rails. Le Ministère de la Privatisation a lancé un appel d'offres pour la banque conseil qui préparera les opérations. Quelques jours après, il a présenté à différentes entités (CGEM, ministères...) une ébauche de stratégie de privatisation réalisée par le consultant anglais TCL, chargé par le Ministère de l'assister dans le processus de privatisation d'IAM.
C'est sur le timing que l'adhésion est quasi générale: la cession d'une partie du capital de l'opérateur du téléphone sera conduite selon l'échéancier le plus court possible. Dans un premier temps, seuls 30% du capital d'IAM sera cédé. Quelques opérateurs étrangers lorgnant IAM avaient déjà annoncé le principe d'être minoritaire dans le capital à hauteur de 20%.
Dans tous les cas, si le second opérateur GSM va être connu au cours du mois de juillet (la date-limite de remise des offres est fixée au 15 juin), la cession partielle du capital d'IAM peut être envisagée pour la fin de la même année. Avec l'introduction d'un deuxième opérateur, il perdra son statut de monopole de fait. A brève échéance, IAM sera confrontée -d'ici un an au plus tard- à une rude concurrence sur le GSM. A rappeler que le parc d'abonnés d'IAM atteint les 120.000. A moyen terme, c'est-à-dire début 2002, IAM perdra son exclusivité sur le trafic international, ce qui réduira sensiblement ses revenus, étant donné que 40% de son chiffre d'affaires actuel est réalisé sur le trafic international. "Si les tarifs étaient réduits de moitié, cela entraînerait une diminution de 1,3 milliard de DH et annulerait ainsi les profits d'IAM. Le rééquilibrage tarifaire est fondamental dans ce contexte", souligne l'étude. Ce qui implique des mesures d'urgence pour un rééquilibrage tarifaire de l'opérateur national.
En identifiant les objectifs à poursuivre en concertation avec les organismes privés (CGEM en tête) et publics, l'étude a indiqué clairement que les objectifs de privatisation sont subsidiaires à ceux liés à la libéralisation, l'objectif majeur étant de préparer l'opérateur public à la concurrence.
Concrètement, cela doit se traduire par un rééquilibrage tarifaire, le développement des services existants, l'augmentation de l'offre de nouveaux services et l'amélioration de la qualité de ceux déjà existants.
Cela passe par une restructuration complète d'IAM avec un redéploiement des ressources humaines et la mise en oeuvre de programmes d'investissements conséquents. L'arrimage à un partenaire stratégique constitue dans ce contexte une option incontournable.

Badra BERRISSOUL

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc