×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprise Internationale

    Hôtellerie et restauration : L'empire Forte passe sous le contrôle de Granada

    Par L'Economiste | Edition N°:215 Le 01/02/1996 | Partager

    Granada a remporté la bataille boursière lancée en novembre dernier contre le groupe d'hôtellerie et de restauration Forte (900 hôtels et plus de 500 restaurants).
    Mardi 23 janvier à 13 heures, heure limite pour l'acceptation de son OPA, le conglomérat britannique, dont les intérêts vont des stations-service sur les autoroutes à l'audiovisuel, en passant par la restauration et la location de téléviseurs, contrôlait 61% de Forte. A la clôture, il avait recueilli 67% des titres:
    "Notre devoir maintenant est de tirer plein avantage du potentiel Forte pour le bénéfice de tous nos actionnaires, les anciens et les nouveaux", a déclaré M. Gerry Robinson, le directeur général de Granada qui veut d'ores et déjà vendre des hôtels de luxe, dont le réseau Méridien (85 établissements), racheté par Forte.
    A peine connu les résultats de l'OPA, M. Rocco Forte, l'ancien PDG du groupe qui porte le même nom, a annoncé qu'il reviendrait.
    Au lendemain de sa défaite, il a proposé de racheter à son vainqueur tous les hôtels haut de gamme, 18 au total, et la chaîne Méridien. La mise à prix globale a été fixée à 1,7 milliard de Livres (1£=13,13DH). L'offre présentée à Granada porte aussi sur 64 relais et châteaux en portefeuille, réunis dans Forte Heritage.

    Il est à rappeler que Granada a relevé en janvier le montant de son offre publique d'achat sur Forte, le portant ainsi à 3,8 milliards de Livres. Lors du lancement de l'OPA hostile, le 22 novembre dernier, l'OPA était évaluée à 3,4 milliards de Livres.
    Tout en augmentant son offre, Granada s'était assuré de la neutralité bienveillante du conseil de Forte qui détenait 50% des droits de vote mais uniquement 0,08% du capital.
    Forte a pourtant tout fait pour préserver son indépendance. Il avait réagi en procédant notamment à de nombreuses cessions et en annonçant l'éclatement de son groupe en deux entités (d'une part les hôtels et, de l'autre, les restaurants).
    Pour se défendre de l'OPA, Forte avait également fait part de son intention de regrouper son activité hôtellerie dans "une même compagnie internationale disposant d'une position éminente à Londres et au Royaume-Uni" et de racheter 20% du capital de son groupe pour près de 800 millions de Livres.
    De plus, il avait promis d'augmenter de 21% le dividende de 1995 et s'est engagé à accroître de 20% les dividendes annuels pour les trois prochains exercices.

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc