×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Horaire continu
Les écoles, chacun pour soi

Par L'Economiste | Edition N°:2136 Le 24/10/2005 | Partager

. Une circulaire lance la réflexion . Mais sont-ils tous prêts avec les aménagements nécessaires?SI la mesure de l’horaire continu n’est plus (ou moins) “discutée” dans les administrations, c’est par contre le grand dilemme dans les établissements scolaires. Si certains ont décidé de continuer sur la lancée de l’après-Ramadan, d’autres maintiendront l’horaire normal. Restera donc posé le problème de l’adaptation entre les horaires des parents fonctionnaires et ceux des enfants scolarisés. Et il est de taille, car il s’agit de réformer l’horaire de scolarisation dans tous les établissements. Chose qui n’est pas du tout acquise pour l’heure. Alors, les écoles, c’est aujourd’hui chacun pour soi.Reste que le mois de Ramadan avec ses horaires spéciaux a donné un avant-goût sur certains désagréments ou risques. Tels que l’insécurité des écoliers des établissements qui ferment pendant la courte pause-déjeuner. Les enfants sont livrés à eux-mêmes, surtout lorsqu’ils n’ont aucun moyen de rentrer chez eux faute de temps. “Quand on se regroupe, mes copines et moi, pour déjeuner à l’extérieur de l’école, des garçons nous jettent des pierres et nous insultent parce qu’on mange pendant Ramadan”, confie cette écolière de 11 ans. Et ce n’est qu’un aperçu sur les dangers auxquels ces enfants restent exposés sans surveillance.C’est pour cela que le ministère de l’Education nationale a permis cette année des changements dans les horaires pendant le mois sacré. Aux écoles de décider des horaires les plus adaptés à leurs différentes situations et de les soumettre pour approbation aux délégations régionales du ministère. Mais tous les établissements sont-ils arrivés à des arrangements? Difficiles à confirmer, d’autant plus que, sur le terrain, plusieurs d’entre elles n’ont pas connu de changement d’horaires et les enfants continuent à attendre dehors. Reste qu’une réflexion sur une adaptation des emplois scolaires à l’horaire continu après Ramadan est en cours. Une circulaire ministérielle(1) a été envoyée aux différents établissements scolaires du Royaume, publics et privés, annonçant les préparatifs pour le changement des horaires dans les écoles. Le ministère y invite les responsables des écoles à se réunir avec les enseignants et les collaborateurs du département de l’Education dans le domaine de la santé. Objectif: sortir avec les propositions les plus adéquates à l’environnement socioculturel de chaque établissement. Au ministère, il est précisé que rien n’est encore décidé et que le contenu de la circulaire ne fait pas forcément allusion à l’alignement des écoles sur l’horaire continu. “L’adaptation des horaires de l’école peut être traduite sous plusieurs formes”, développe Mohamed Soli, chef de la division pédagogie à l’Académie de Casablanca. Il explique que, suite aux différentes propositions collectées auprès des délégations régionales, “seules quelques formules seront retenues. Les écoles devront par la suite s’aligner à celle qui leur conviendrait le mieux”, a-t-il ajouté. Les propositions devraient tourner, selon Soli, autour de l’aménagement de quelques espaces surveillés afin que les enfants puissent y rester pendant la pause-déjeuner ou encore la création de nouveaux espaces dans les écoles ne disposant pas de salles libres. Et il serait même possible que des établissements-pilotes connaissent l’application de l’horaire continu dans le sens de sa généralisation progressive. Au final, aucune décision n’est prise. Et les véritables problèmes comme les infrastructures des écoles, l’aménagement des cantines ou encore la création de nouveaux postes de surveillants ou d’animateurs ne sont nullement abordés à l’heure actuelle.


Habitudes alimentaires, cartables…

SI de nouveaux horaires sont appliqués, plusieurs problèmes risqueraient de se poser. Car quelles que soient les formules retenues par le ministère, le principe reste le même: une journée continue à l’école. Et par ricochet, des risques pour les enfants. En tête de liste, les habitudes alimentaires malsaines. Surtout avec le développement en parallèle des “snacks et laiteries” de fortune (ce qui est déjà le cas pendant Ramadan), où les risques d’intoxication sont permanents. Les enfants plieront, par ailleurs, sous le poids de cartables de plus en plus lourds du fait qu’ils devront contenir les affaires de toute une journée. Dans une majorité d’écoles, publiques surtout, l’enfant ne dispose pas de casier qui allégerait sa charge.Autre contrainte soulevée par des parents, une facturation supplémentaire pour la garde des enfants dans de nombreuses écoles privées.Ichrak MOUBSIT------------------------------------------------------------------------(1) Circulaire ministérielle n° 106 du 07/10/2005.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc