×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 205.794 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 264.541 articles (chiffres relevés le 5/6 sur google analytics)
Affaires

Hommage à Nabil Benabdallah

Par L'Economiste | Edition N°:2666 Le 05/12/2007 | Partager

. Le ministre sortant a lancé une «vraie révolution» avec la mise à niveau réussie du secteur. Il a eu à lutter contre deux faucons de l’ancien gouvernement qui «ne songeaient qu’à emprisonner et interdire»Hommage à Nabil Benabdallah, ancien ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement sortant, par la Fédération nationale des éditeurs de journaux (FNEJ), présidée par le Pr. Abdelmounaïm Dilami. La fédération a reçu la semaine dernière son ancien ministre de tutelle et le nouveau, Khalid Naciri, du PPS lui aussi, était également de la fête. Dans les discours des deux responsables politiques, les professionnels de la presse ont noté, avec plaisir, qu’il y aurait une continuité: les deux hommes s’inscrivent délibérément dans le clan des colombes, contre les faucons, en agissant en amis de la liberté de la presse. D’ailleurs, Nabil Benabdallah, durant son mandat, n’a-t-il pas eu, à plusieurs reprises, à batailler contre Bouzoubaâ, ex-ministre de la Justice, aujourd’hui disparu, car ce dernier tenait à ce que les journalistes continuent à aller en prison et qu’il refusait avec toutes ses forces la réforme du code de la presse marocain, pourtant réclamée au niveau international. Même bataille, reconnue par la profession et les bureaux d’études de marché, contre le secrétariat général du gouvernement qui s’opposait et s’oppose toujours à la liberté des sondages d’opinion, entre autres…Evidemment, savoir vivre oblige, rien d’aussi net, ni d’aussi fort ne s’est dit lors de l’amicale soirée, mais chacun, quelle que soit la couleur politique et éditoriale de son journal, savait exactement à quoi s’en tenir. Pour sa part, le président de la fédération a bien souligné la compréhension des impératifs du métier et des impératifs de la démocratisation que les professionnel ont rencontrée chez Benabdallah et qu’ils voient poindre aujourd’hui chez Naciri. Le Pr Dilami a mis en exerge la modernisation rapide des entreprises de presse sous le mandat du ministre sortant: 18 entreprises mises à niveau en 2004, 50 aujourd’hui!Khalil Hachimi Idrissi, que beaucoup donnent comme le prochain président de la fédération, a bien souligné que les négociations pouvaient parfois être rudes, mais qu’il y avait, des deux côtés, une «vraie volonté d’aboutir».J. R.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    public[email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc