×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Holcim: Projet de traitement des déchets industriels
    Entretien avec Dominique Drouet, président du directoire de Holcim Maroc

    Par L'Economiste | Edition N°:2362 Le 15/09/2006 | Partager

    . Valorisation pour alimenter l’unité de Settat en combustible. Consignes sécuritaires strictes Dominique Drouet, président du directoire de Holcim Maroc, ne cache pas sa satisfaction quant à l’état d’avancement du chantier de Settat. Un projet qu’il suit de près, de très près. Il reconnaît, cependant, que son groupe communique peu sur ses chantiers. Une lacune à laquelle il a promis de remédier. Dans cet entretien exclusif qu’il a accordé à L’Economiste, il fait le point sur les questions liées au chantier, notamment celles relatives à l’environnement.. L’Economiste: Où en sont les travaux de construction de la cimenterie de Settat?- Dominique Drouet: Nous sommes contents et satisfaits de l’état d’avancement des travaux sur le site de la nouvelle cimenterie de Settat. Tout se passe très bien, dans une excellente coordination entre l’ensemble des intervenants.La caractéristique actuelle de ce chantier, c’est qu’on a prévu de le démarrer par tranche. La partie stockage et ensachage est déjà achevée. Nous sommes en phase de tests pour le broyeur, le plus grand du monde, et qui permettra à la cimenterie d’être à la pointe de la technologie en la matière. . D’où viennent les matières premières destinées à la fabrication du ciment à Settat?- A quelques kilomètres de l’usine, se trouve la carrière de Sidi Hajjaj, une région dont les caractéristiques géologiques sont favorables pour ce projet. Située également le long de la voie ferrée Sidi El Aydi-Oued Zem, cette carrière s’étend sur une superficie de 400 hectares. Elle abrite un atelier de concassage, un hall de pré-homogénéisation et de stockage ainsi qu’une installation de chargement des trains reliée à la voie ferrée qui mène jusqu’à l’usine. . Vous avez privilégié le transport des matériaux par train. Est-ce pour des questions de coût? Ou pour préserver l’environnement?- Il y a un peu de cela, mais notre souci majeur demeure aussi la préservation de l’environnement, particulièrement dans cette région où il n’y a pratiquement aucune activité industrielle. Holcim a, certes, aménagé des routes, amené eau et électricité, mais il lui faut aussi éviter la pollution sonore et également celle que peut provoquer une activité de transport par camions. Le transport ferroviaire, c’est connu, n’est pas polluant. En plus, les nombreux va-et-vient des camions peuvent détériorer la route qui vient d’être construite au profit des habitants de la région. Holcim a toujours veillé à la sauvegarde de l’environnement et à sa préservation. C’est une tradition chez nous. D’ailleurs, à l’occasion de cette implantation, Holcim a un projet de mise en place de la 1re plateforme au Maroc de traitement des déchets industriels dans la commune de Oulad Zidane à 60 km de la cimenterie de Settat. Cette plateforme a pour objectif, notamment, de proposer aux industriels un service de valorisation de leurs déchets et d’en faire un combustible pour notre unité. Nous veillerons toujours à honorer l’engagement de Holcim pour la préservation des ressources naturelles en utilisant, dans la mesure du possible, des matériaux et des combustibles de substitution. Il va de soi que cela nous permettra également de réduire notre facture énergétique et par conséquent d’améliorer la productivité et la compétitivité de l’entreprise.. Il a été constaté que vous êtes très strict sur les questions de sécurité?- Durant la phase de construction, près de 1.200 personnes interviennent sur le site dont l’écrasante majorité est composée d’ingénieurs, de techniciens et d’ouvriers marocains travaillant dans des entreprises marocaines. Donc, sur un chantier aussi important, où le risque d’accident est très élevé, il est essentiel d’instaurer des règles de sécurité strictes et d’insister sur leur respect par tous les intervenants sur le site. Sur ce chantier, Holcim Maroc a procédé au renforcement de son management sécurité avec une équipe d’animateurs dont l’encadrement a été assuré par un consultant externe. Holcim Maroc a également édité un guide en arabe et en français regroupant toutes les règles de sécurité et les procédures d’urgence. Ce guide a été communiqué à l’ensemble des parties prenantes afin de les sensibiliser sur l’importance de la sécurité. Cette politique de santé et de sécurité et les formations dispensées aux employés et aux sous-traitants permettent de les sensibiliser et d’agir sur leurs comportements pour instaurer une réelle «passion pour la sécurité».


    Qui est Holcim?

    HOLCIM Maroc est un groupe cimentier national, filiale du groupe Holcim Ltd, un des leaders mondiaux du ciment, béton et granulats. Holcim Maroc a généré en 2005 un chiffre d’affaires de plus de 1,750 milliard de DH. Le groupe s’est engagé à être le promoteur du professionnalisme des filières bâtiment et travaux publics et du développement durable. Holcim s’est donc, aux dires de ses responsables, donnée pour mission d’apporter au marché des produits et des solutions reconnus, performants et durables accompagnant le développement économique et social du Maroc dans les filières du BTP. Propos recueillis par J.E. HERRADI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc