×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Holcim Awards
    Plus que trois semaines pour s’inscrire

    Par L'Economiste | Edition N°:1972 Le 07/03/2005 | Partager

    . Au 1er mars, dix candidatures du Maroc déjà envoyées . Ce concours encourage les initiatives dans la construction durableIntégrer la notion du développement durable dans le domaine de la construction. C’est ce que cherche à promouvoir le groupe Holcim Ltd, l’un des premiers producteurs du ciment au niveau international, via sa filiale marocaine. Et ce, par l’organisation de la première édition des Holcim Awards.De cette compétition, le Maroc ne compte pas sortir les mains vides. D’autant plus qu’à la date du 1er mars, le Royaume est à la tête des pays de sa région (Afrique et Moyen-Orient). Au 1er mars, la Fondation a reçu une dizaine de candidatures marocaines, ce qui a permis au Royaume de se positionner à la 13e place mondiale. “Avec ce classement, le Maroc aura au moins l’un des prix régionaux et pourquoi pas un prix global”, ambitionne El Hassani. Il faut toutefois noter que jusqu’à la mi-février, le Maroc était quasi absent avec seulement deux participations. Une maigre présence que le vice-président de Holcim Maroc explique par le manque d’information et de communication sur un événement qui s’organise pour la première fois. “C’est d’ailleurs dans ce sens que nous avons organisé le 15 février dernier une rencontre où ont été invités les professionnels concernés par le concours”, précise-t-il. En ajoutant que la participation marocaine est amenée à augmenter, puisque Holcim Maroc poursuit son processus de communication. La société a organisé le 4 mars une rencontre à l’Ecole nationale des architectes afin d’attirer aussi les jeunes lauréats à participer à ce concours dont l’inscription se clôturera le 31 mars et effectuée exclusivement sur Internet (www.holcimawords.org).Lancé en décembre 2004 par Holcim Foundation for Sustainable Construction (fondation Holcim pour la construction durable), ce concours vise à encourager les initiatives, à l’échelle mondiale, dans le domaine de la construction durable. Celle-ci se définit comme étant “un moyen pour l’industrie de la construction d’assurer un développement durable, prenant en compte les problèmes écologiques, socioéconomiques et culturels”. Plus spécifiquement, “il s’agit de toute construction qui intègre la préservation des ressources naturelles, la possibilité d’utilisation des énergies renouvelables et la durabilité des matériaux de construction”, explique Abdeljalil El Hassani, vice-président du directoire de Holcim Maroc.Cette compétition sera couronnée par la remise de prix régionaux et globaux aux initiateurs de projets dans le domaine de la construction durable. Sont ainsi concernés architectes, urbanistes, ingénieurs, chefs de projet… Les finalistes auront droit à une enveloppe d’un montant total de 2 millions de dollars. Par ailleurs, et pour mettre tous les pays sur un pied d’égalité, trois prix régionaux (100.000, 50.000 et 25.000 dollars), ainsi que trois mentions spéciales de 10.000 dollars chacune et trois prix d’encouragement d’un montant global de 15.000 dollars seront attribués à chacune des cinq régions géographiques: Europe, Amérique du Nord, Amérique latine, Afrique et Moyen-Orient, et Asie Pacifique.


    Critères de sélection

    Les projets proposés doivent respecter cinq critères fondamentaux servant de base au processus d’attribution de Holcim Awards. D’une part, le projet doit faire preuve d’innovation dans le domaine de la construction durable et constituer un “saut quantique” par rapport aux approches conventionnelles. D’autre part, ledit projet doit remplir les normes éthiques les plus élevées et soutenir la justice sociale à toutes les étapes de la construction, depuis le processus de planification et de construction proprement dit, jusqu’à l’impact à longue échéance sur le tissu social de la communauté concernée. Par ailleurs, le projet doit répondre au souci écologique à long terme au niveau de l’utilisation des matériaux et des flux d’énergie. En outre, la faisabilité économique du projet doit être prouvée et son financement rester compatible avec les exigences et les contraintes rencontrées pendant tout le cycle de vie. Enfin, il doit imprimer à son environnement un impact esthétique positif à long terme, et faire preuve d’un usage innovant et imaginatif de l’espace et de la forme. Meryeme MOUJAB

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc