×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Hausse des cours du brent: Les premières répercussions au Maroc

Par L'Economiste | Edition N°:477 Le 05/04/1999 | Partager

· Le gasoil à la pompe a augmenté de 20 Centimes en mars

· Les autres carburants sont pour l'heure stables

· La décision de l'OPEP de réduire la production est effective depuis le 1er avril

Mauvaise nouvelle pour les consommateurs de gasoil marocains, le prix à pompe augmente ce mois-ci de 20 Centimes. Ils ont certainement déjà dû le constater le 1er avril et ce n'était pas un poisson d'avril. L'écart étant supérieur à 2,5% au niveau international, il fallait en conséquence répercuter les variations au niveau local. C'est la première hausse d'ailleurs depuis de nombreux mois.
En revanche, les consommateurs des autres carburants les plus chanceux ont encore du répit. Les prix sont encore stables ce mois-ci. Le super est de 7,04 DH le litre, l'ordinaire de 6,75 DH et le fuel de 1.422,68 DH la tonne. Il faut dire que le pays a profité de la tendance baissière pendant près d'une année et ce, à la grande satisfaction des consommateurs. La facture pétrolière a été d'ailleurs inférieure d'un tiers par rapport à l'année dernière, soit environ 500 millions de Dollars.
Cette hausse d'avril s'explique par les importants soubresauts affichés par les produits pétroliers durant le mois de mars, suite à la décision début mars de l'Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole (OPEP) de réduire leur production mondiale de brut de 2,1 millions de barils par jour. Avec la dégringolade du cours du brent qui a atteint un record historique avec un prix aux environs de 11 Dollars et la perte des revenus des pays membres, l'organisation n'avait pas le choix. Acculée. Au total, la production de l'Organisation, après l'accord de Vienne du 23 mars, sera de 22,976 millions de barils par jour, soit une réduction globale de 1,716 millions à compter du 1er avril auquelle s'ajoute 400.000 barils par jour pour les pays non membres de l'OPEP.

En février, l'OPEP n'a respecté les engagements pris en mars et en juin 1998 qu'à hauteur de 77%.
"Les opérateurs attendent maintenant de voir dans quelle mesure les pays producteurs respecteront les nouveaux quotas qu'ils se sont imposés", précise l'AFP. La leçon des expériences passées est sans doute tirée.
Les cours du pétrole sont repassés jeudi 1er avril en début d'après-midi à Londres sous la barre des 15 dollars, niveau qu'ils avaient franchi mercredi soir, atteignant leur plus haut niveau depuis dix mois.
D'un peu plus de 10 Dollars le baril début mars, le prix du brent a atteint presque 15 Dollars à la fin du mois. Les produits raffinés ont connu la même tendance à l'exception des Gaz et Pétroles Liquéfiés (butane et propane) qui ont vu leurs prix, après une flambée durant la première quinzaine de mars, fléchir à nouveau pour remonter la dernière semaine du mois.
En moyenne, le brent est de 12,47 Dollars le baril, l'essence super de 139,15 Dollars la tonne, l'ordinaire de 126,61 et le gasoil de 130,04.
Le butane, lui, se situe dans une moyenne de 109,99 Dollars et le propane 155,33 Dollars la tonne.

Fatima MOSSADEQ


U.E: Bouclage du package de négociations des candidats

Fin 1999 est la date butoir que se sont fixée les six candidats à l'Union Européenne pour présenter à Bruxelles toutes leurs positions de négociations. Cette décision a été prise lors de la dernière réunion qui a eu lieu les 25 et 26 mars à Limassol en Chypre entre les représentants de Pologne, Tchèquie, Hongrie, Chypre, Estonie et Slovénie. Trois volets sont concernés par ces positions de négociations. Le premier est relatif à la politique sociale et l'emploi, le transfert de capitaux. Le second qui doit être présenté à l'UE avant juillet prochain comprendra les domaines des services, de la fiscalité, de la libre circulation des personnes, des transports et de l'environnement.
Pour le dernier paquet, les positions de négociations doivent être transmis à Bruxelles avant le sommet d'Helsinki prévu à la mi-décembre. Il concernera l'agriculture, la politique régionale, le budget et les finances, la justice, le contrôle financier et les institutions de l'Etat.

Croissance négative en 1999 au Japon

Comme le budget est en cours d'élaboration, le Japon compte relancer son économie à travers des dépenses budgétaires-records et de nouveaux remboursements d'impôts. Le futur budget prévoit des dépenses de l'ordre de 81.860 milliards de Yens (630 milliards d'Euros=6.741 milliards de DH);

Rachid JANKARI (AFP)



  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc