×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    eleconomiste

    eleconomiste
    International

    Haj: Un pèlerinage sous le signe du feu

    Par L'Economiste | Edition N°:2431 Le 27/12/2006 | Partager

    . 2,7 millions de fidèles attendus. Au moins 13 personnes hospitalisées suite à un incendieDeux millions de musulmans commenceront demain, le 28 décembre, le pèlerinage à La Mecque. Un incendie dans un hôtel mecquois a rappelé les tragédies qui ont fait des centaines de morts au sein de cette marée humaine au cours des dernières décennies. Le feu s’est déclaré dans un hôtel abritant des pèlerins yéménites. Au moins treize d’entre eux ont été hospitalisés, affectés par l’inhalation de fumée. Ce sinistre a provoqué la panique parmi les quelque 2.000 pèlerins logés dans l’établissement. L’hôtel Loulouat al-Kheir, situé à moins de cent mètres de cet établissement, 76 fidèles étaient morts en janvier dernier dans un effondrement. Les autorités avaient alors expliqué le drame par la vétusté de l’hôtel, qui avait dépassé ses capacités d’accueil. Cette année, près de 2,7 millions de fidèles doivent prendre part au Haj. Le risque de mort sera particulièrement probable durant la lapidation des stèles à Mina. Les bousculades coûtent, chaque année, la vie aux pèlerins.En janvier dernier, 345 fidèles avaient péri dans une bousculade durant l’accomplissement de ce rite. Les autorités saoudiennes ont déployé d’énormes efforts pour améliorer l’infrastructure des lieux saints, mais cela n’a pas empêché les tragédies en série. La plus meurtrière est la gigantesque bousculade dans un tunnel de Mina, en juillet 1990, quand 1.426 pèlerins, asiatiques pour la plupart, avaient péri asphyxiés, vraisemblablement à la suite d’une panne du système de ventilation. Cette année, aucun incident majeur n’a été signalé jusqu’à présent parmi les fidèles. Plus de 200 pèlerins malades ou âgés sont toutefois décédés, notamment des suites de malaises cardiaques, selon un bilan fourni lundi par la Commission du Haj. Les autorités saoudiennes ont pris leurs dispositions pour un bon déroulement du pèlerinage. Ainsi, quelque 9.600 agents médicaux et paramédicaux ont été mobilisés, et 21 hôpitaux ont été installés à La Mecque et Médine, selon le ministère de la Santé. Le ministre saoudien de l’Intérieur, le prince Nayef ben Abdel Aziz, président de la haute commission du Haj, doit inspecter le dispositif de sécurité à La Mecque, où il assistera à un défilé des forces de sécurité et de la défense civile. Le pèlerinage débutera demain à Mina. Vendredi, 28 décembre, à l’aube, ils se dirigeront vers le mont Arafat, où ils passeront la journée à prier et implorer le pardon de Dieu. L’attente des pèlerins au sommet symbolise l’attente du Jugement dernier. Les fidèles reviendront ensuite à Mina pour immoler une bête, généralement un mouton, marquant l’Aïd al-Adha, la fête du Sacrifice (qui rappelle celui d’Abraham). Puis ils passeront deux autres jours à Mina pour le rite de la lapidation des stèles symbolisant Satan. Le pèlerinage à La Mecque est l’un des cinq piliers de l’islam, que tout musulman se doit de faire au moins une fois dans sa vie, s’il en a les capacités physiques et financières.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc