×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 173.579 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 213.013 articles (chiffres relevés le 31/5 sur google analytics)
Economie

Habitat: Une promo à 4,5 millions de DH

Par L'Economiste | Edition N°:1079 Le 13/08/2001 | Partager

De notre correspondant à Tanger, Ali ABJIOU. Une caravane pour la promotion des projets des OST et leur valorisation est organisée par le Ministère de tutelle. Coût de l'opération: 4,5 millions de DH. Lancée à partir de Martil, elle sillonnera les villes de Berkane, Fès, Ifrane, El Jadida, Mohammédia, Agadir et Kelaât Sraghna. Les erreurs du passé seront corrigées, promet le ministre de tutelleLe Secrétariat d'Etat à l'Habitat s'est donné les moyens forts pour assurer la promotion des projets de ses organismes sous tutelle (OST), Erac, Anhi, Snec et Attacharouk. Cette année, en dehors des spots radio et télé, c'est une caravane qui sillonnera les villes de Martil, Berkane, Fès, Ifrane, El Jadida, Mohammédia, Agadir et Kelaât Sraghna. Au programme, jeux pour enfants, concerts, kermesses... Le but de cette campagne, dont le coût est estimé à 4,5 millions de DH est, selon Mohamed M'Barki, secrétaire d'Etat à l'Habitat, de se rapprocher des attentes du public. «le secteur de l'habitat a commis des erreurs dans le passé, admet le secrétaire d'Etat dans une sorte de mea culpa: il s'agit maintenant de les corriger avec l'aide du public», précise-t-il. La caravane a été lancée mercredi dernier du complexe Chems, à Martil, pris en charge par l'ERAC Nord-Ouest. Ce projet englobe 404 appartements dits d'estivage et 131 commerces dont les deux tiers sont vendus, selon les responsables de l'ERAC Nord-Ouest, avec en projet le lancement d'une deuxième tranche. . Station de traitement des eaux usées?Les prix se situent dans une tranche moyenne avec des appartements de 3, 4 et 5 pièces en front de mer. Ce projet symbolise la situation d'un bon nombre des projets de l'ERAC Nord-Ouest (voir encadré). Longtemps à l'arrêt puisque lancé dans les années 80, il n'a pu être finalisé pour la première tranche que lors des toutes dernières années. L'un des problèmes concernait l'assainissement, une faiblesse dont souffre la ville de Martil en général. D'où l'idée de mettre en place une station de traitement des eaux usées, qui permettrait d'assurer le pompage et la séparation des eaux usées de la ville en entier. Suite à des problèmes budgétaires, le projet a été limité au traitement des eaux du complexe Chems. La station dispose d'une capacité de près de 500 l/s d'eau pluviale et usée, soit l'équivalent des besoins de 2.000 logements. Totalement autonome et ne nécessitant pratiquement pas d'entretien, elle a coûté la bagatelle de près de 5,3 millions de DH. Reste à effectuer au plus vite les travaux de construction de la deuxième tranche.


Problèmes de voisinage

Les appartements du complexe Chems ne sont pas sans poser des problèmes à leurs propriétaires. D'abord, bon nombre des heureux acquéreurs d'un des 404 appartements du complexe n'ont pas encore eu leur titre de propriété, bien qu'ils aient réglé entièrement leur dû. En effet, selon certaines sources, l'ERAC Nord-Ouest ne pourrait délivrer de tels titres puisque le terrain est hypothéqué au profit du CIH. Pratique courante de cet établissement, qui rappelle le cas du lotissement et de la zone industrielle d'Almajd. (cf. www.leconomiste.com). D'autre part, la position du complexe, à l'extrême de la corniche, en fait un endroit rêvé pour les SDF et autres. Les fondations et le sous-sol de la deuxième tranche, non terminés, servent d'abri et d'urinoirs, en été comme en hiver à tout type de trafiquants, selon un des propriétaires du complexe. Cette deuxième tranche inachevée présente de nombreux points d'accès que le constructeur n'a pas pris la peine de boucher.


. Brèves régionales. Tanger• Propagation de l'habitat insalubreLa poussée démographique, l'exode rural, la modicité des revenus, tels sont les facteurs de la propagation de l'habitat insalubre.Ainsi, quelque 20 groupements d'habitat illégal s'étendant sur 1.330 ha et abritant près de 32.000 ménages, ont été récemment recensés à Tanger. Environ 37% des Tangérois vivent dans des conditions d'habitat détériorées. La restructuration et l'aménagement de certains quartiers ont été lancés en février afin d'intégrer ces populations dans le tissu urbain. Néanmoins, l'ensemble de ces interventions paraît très insuffisant, voire timide par rapport aux besoins.. Rabat-Salé• Une commission pour rationaliser l'exploitation de la MaâmoraSuite à la réduction de 40% de la surface des chênes-lièges à la Maâmora, une commission technique a été créée récemment. Celle-ci vise à préserver et assurer l'exploitation rationnelle de la forêt.Ainsi, pour faire face à sa surexploitation et donc à sa dégradation, la commission procède à l'organisation d'ateliers au niveau des zones rurales. Le but de cette opération est d'informer l'ensemble des opérateurs locaux sur les projets susceptibles d'être réalisés comme substituts aux différentes activités anarchiques. Une journée d'étude sera ainsi organisée pour évaluer les résultats des ateliers et élaborer un champ d'action.. Taza• Journées “portes ouvertes” au profit des MREUne journée “portes ouvertes” sera organisée le mercredi 15 août au profit des Marocains résidents à l'étranger (MRE). Sous le thème “L'établissement au service de la colonie marocaine à l'étranger”, cette manifestation permettra d'informer les MRE sur la loi de l'urbanisme ainsi que sur les risques qu'ils peuvent encourir en cas d'acquisition de terrains. Il est à signaler que la région de Taza-Al Hoceïma-Taounate compte quelque 120.000 MRE. Le plus important volume des investissements de ces MRE va vers l'immobilier, considéré comme un placement très rentable.. Fès• 10.000 emplois dans le projet de sauvegarde de la médinaLe chômage, la dégradation du niveau de vie, la pauvreté sont autant de problèmes dont souffre la ville de Fès. C'est ce qu'a révélé une étude publiée récemment dans le cadre du projet de sauvegarde de la médina.Celui-ci prévoit la création de 10.000 emplois sur une période de 15 ans. Toutefois, la faiblesse du budget d'investissement freine fortement le montage de ce genre de projets. A cet handicap, s'ajoute l'analphabétisme des élus (12%). Par ailleurs, les statistiques révèlent un accroissement continu de la contribution du secteur artisanal à l'emploi. Il joue ainsi un rôle de régulateur des déséquilibres du marché.
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc