×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Marchés Financiers

Tournée de S.M. Mohammed VI dans le Royaume

Le programme pour les provinces du Nord
Par L'Economiste | Edition N°:616 Le 14/10/1999 | Partager

· La visite Royale marque l'intérêt pour les investisseurs
· L'Agence de Développement du Nord sous les projecteurs


Les provinces du Nord sont mobilisées pour accueillir le Souverain qui entame aujourd'hui une tournée de plusieurs jours. Ce choix n'est pas fortuit. Il s'inscrit dans la droite ligne de la sensibilité de S.M. le Roi aux questions sociales. Dans le Rif, l'enclavement rime avec déficit en infrastructures de base. Le sous-développement et la pauvreté y atteignent leur paroxysme. Au sein même de cette région enclavée, des zones rurales et montagneuses demeurent inaccessibles. Les poches de pauvreté sont saisissantes. Ce long voyage confirme donc l'intérêt que porte S.M. Mohammed VI à la lutte contre la pauvreté et à la solidarité.
Le développement de cette partie défavorisée du Maroc devient ainsi prioritaire. Le Roi s'inscrit dans la continuité et met ainsi en oeuvre ce qu'il avait annoncé dans l'un de ses derniers discours. Son défunt père avait promis d'effectuer une visite dans le Nord. Feu S.M. Hassan II avait manifesté à plusieurs reprises un intérêt particulier pour cette région. Il avait d'ailleurs mis ce dossier sous les projecteurs dans un discours à Fès en 1993: "Nous devons prendre en charge le dossier du Rif de manière globale afin de lui appliquer une solution d'ensemble".
L'Union Européenne suivra de près ce périple Royal. Elle a aussi déployé des efforts pour le développement du Rif, considéré comme important dans la coopération euro-méditerranéenne. La contribution communautaire s'est élevée 3,1 milliards de DH pour la période 1996-1999. C'est normal. L'Europe, obnubilée par les risques de l'émigration clandestine, compte sur le développement local pour fixer les populations. L'Espagne est toute proche. Ce pays, chargé de surveiller la frontière Sud de l'espace Scheingen continue à compter les pateras qui échouent sur les rivages rocailleux de l'Andalousie.
Dans cette partie du Maroc, la contrebande et la culture du cannabis sont ancrées. L'Agence de Développement du Nord (ADN) qui se trouve au coeur de cette visite, déploie des efforts pour développer les cultures alternatives. L'éradication progressive doivent se trouver dans des solutions économiques. Des programmes pilotes ont été initiés par l'Agence mais il faut attendre pour en mesurer les premiers résultats. D'ailleurs, une association de promotion des cultures alternatives regroupant les producteurs du cannabis a vu le jour récemment.
Les populations, après une période de scepticisme, ont fini par adhérer à la démarche participative mise en place par l'Agence. Celle-ci est devenue un creuset d'orientation pour l'action du gouvernement, d'organisation des projets initiés et de montages financiers. Elle sera appelée à se transformer en institution financière.
Au programme du voyage Royal, la visite du tronçon Larache Sidi Yamani, entré en service depuis une quinzaine de jours. S.M. le Roi enchaînera avec la Zone Franche d'Exportation (ZFE) située à Tanger. Cette visite marquera l'importance accordée aux investissements et le rôle joué par le Maroc en tant que plaque tournante dans l'économie régionale.
M. Abderrahman Youssoufi, Premier ministre, originaire de la ville du Détroit sera d'ailleurs présent à cette étape pour se rendre compte de l'état d'avancement du projet initié par le Ministère de l'Industrie, du Commerce et l'Artisanat (MICA) et l'ADN, objet de concession au secteur privé. C'est un consortium SNI-BCM-BMCE qui réalise l'équipement de 345 hectares. Outre les locaux, la ZFE aura la charge de constituer un guichet unique pour le traitement des dossiers des investisseurs. La formule comprend des lots clé en main à vendre ou à louer. Selon une source proche du dossier, 70 lots ont été vendus et des entreprises ont commencé à construire pour démarrer leur production en novembre prochain.
A Chefchaouen, le Souverain se rendra dans une pépinière d'entreprises. Il s'agit de locaux professionnels en faveur des jeunes promoteurs, réalisés en partenariat entre la province, l'Agence du Nord et le MICA. Au menu également, la présentation du projet d'autoroute liant Fnideq à Tétouan. Ce tronçon de 30 km fera l'objet d'un appel d'offres international pour sa concession au secteur privé. Des opérateurs Portugais et Espagnols manifestent un intérêt particulier à ce projet, piloté par la Direction des Routes du Ministère de l'Equipement.
Outre les pistes rurales et l'électrification de plusieurs villages, le périple Royal sera également marqué par un coup de pouce à la Rocade Méditerrannéenne, projet initié par le conseiller du Roi M. Abdelaziz Méziane Belfkih, alors en charge du Département de l'Equipement. Longue de 555 km, cette route côtière de première catégorie à double voies devra relier Tanger à Saïdia. Le coût de réalisation dépasse 2 milliards de DH. Le Maroc attend, pour mars 2000, le déblocage d'un don de 900 millions de DH pour la construction du tronçon Al Hoceima-Tétouan. Les négociations sont en cours avec les Emirats Arabes Unies pour financer une partie de ce projet. Le montage financier sera complété par l'Italie qui a fait une proposition pour un prêt de 70 millions de Dollars (environ 700 millions de DH) à des conditions très avantageuses. Cela servira à financer la section Al Hoceima-Nador.
Pour l'heure, le tronçon Tanger-Ksar Seghir, en cours de réalisation, aura coûté 115 millions de DH financés par le Ministère de l'Equipement. Quant à la section Fnideq-Ksar Seghir, le budget s'élève à 150 millions de DH et sera financé par l'ADN. Il est à rappeler que la société chargée de réaliser le chantier Saïdia-Ras Kebdana (30 millions de DH) a déposé le bilan. C'est l'entreprise Houar qui a été chargée de poursuivre les travaux.
Dans la région de Nador, le Souverain donnera le coup d'envoi aux travaux d'adduction d'eau potable de Midar.


La Rocade méditerrannéenne


Le projet jouera, à coup sûr, un rôle structurant dans la zone Nord. Sa réalisation aura une grande incidence sur le système territorial. Ainsi, un nouveau redéploiement du trafic dans la zone, entraînera un changement dans la configuration spatiale et l'émergence de petites agglomérations urbaines. Les études ont montré que la Rocade desservira plus de 200 km de plages, de criques et de sites touristiques qui seront automatiquement valorisés. Ceci devrait générer la création de plus de 80.000 places hôtelières, 50.000 emplois directs et près de 200.000 indirects. La pêche s'en trouvera valorisée autant que la mise en valeur des vallées côtières où il sera possible de développer de petites zones irriguées actuellement sous-exploitées. De même, l'emploi augmentera pendant la phase de construction. Le rapprochement du littoral à l'ensemble national améliorera l'attrait de la zone pour de nouveaux investissements.


Les 12 préfectures et provinces


Le champ d'intervention de l'Agence s'étend sur 12 préfectures et provinces. Pour les préfectures, il s'agit de celles de Tanger-Asilah, de Fahs-Makada, et d'Oujda-Angad. Quant aux provinces au nombre de neuf, s'agit de Tétouan, Larache, Chefchaouen, Al Hoceima, Nador, Berkane, Taourirt, Taza et Taounat.

Mohamed CHAOUI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc