×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Supplément Télécommunications

Une pléiade d'équipementiers se bousculent au portillon
Par L'Economiste | Edition N°:531 Le 17/06/1999 | Partager

· Un marché de 5 milliards de DH

· La compétition est serrée

· Multiplication des partenariats et scénarios

A l'Instar des opérateurs candidats à la deuxième licence GSM, les équipementiers se mobilisent dans la compétition au déploiement du réseau. L'enjeu lié est de taille. L'investissement nécessaire au déploiement du réseau est évalué par les spécialistes à 5 milliards de DH. C'est ce qui a poussé les équipementiers à s'implanter directement sur le territoire en ouvrant des filiales. Leur objectif est de pouvoir fournir au futur opérateur un service rapide à des prix compétitifs. Ainsi, les équipementiers multiplient les partenariats avec les entreprises marocaines. Même si la compétition reste discrète, les manoeuvres vont bon train. Chaque groupe a procédé à ses propres études et préparé des scénarios éventuels suivant le prix de la licence.
Pour les ambitions de couverture territoriale de l'opérateur, il faudra au minimum 600 à 1.000 stations de base. Pour les besoins en infrastructure et en maintenance du réseau, les montants atteignent plusieurs centaines de millions de Dollars. Pour ne pas être pris de court, certains équipementiers ont loué des sites d'emplacement de stations radio. En général, à l'ouverture du réseau, les opérateurs ont souvent tendance à travailler avec un équipementier avant d'élargir en fonction de la densification du réseau.

· Nortel Networks
L'equipementier canadien, numéro trois mondial des réseaux sans fil et GSM, s'est installé au Maroc depuis février 1998. Il est décidé à prendre de vitesse ses concurrents dans la course à l'installation de l'infrastructure du deuxième réseau GSM. Dans sa démarche, Nortel compte s'appuyer sur le partenariat local par le transfert de l'expertise et le partage de l'investissement dans les réseaux. Un contrat a déjà été conclu avec trois PME spécialisées dans les télécoms: SMH Télécommunication, Fedelec Telecom Compagnie et Teleco Maroc qui s'engagent à mettre à sa disposition leur logistique ainsi que leurs compétences humaines. Nortel Networks vient par ailleurs d'installer un réseau pilote à l'INPT qui servira de vitrine technologique, dans un établissement qui pourra lui servir de vivier. L'équipementier est présent dans 150 pays. En 1998, il a réalisé un chiffre d'affaires à 17,6 milliards de Dollars en augmentation de 16%.
La recherche pour la troisième génération engloutit 14% de son chiffre d'affaires annuel.

· Ericsson
Le groupe suédois est établi au Maroc depuis une dizaine d'années. Il est l'un des premiers fournisseurs d'Itissalat Al-Maghrib. Leader mondial des équipements télécoms, talonné par son frère ennemi le Finlandais Nokia, investit dans la recherche pour optimiser l'utilisation des fréquences existantes en téléphonie mobile. L'objectif est de fournir aux opérateurs un réseau mobile opérationnel dans les plus brefs délais. L'équipementier dispose d'un portefeuille de sites loués prêts à accueillir les stations-radio. Le groupe suédois, qui fut le premier à miser sur le boom de la téléphonie mobile, est également l'un des leaders dans la fabrication des terminaux. Ses ventes mondiales sont passées de 15,91 millions d'unités en 1997 à 23,83 millions en 1998.

· Nokia
Pour le groupe finlandais, l'important n'est pas tant la deuxième licence mais plutôt le choix technologique qui lui permettra de se doter d'une technologie capable de basculer vers la troisième génération des mobiles. Nokia associe de nombreuses PME marocaines aux projets qu'il réalise au Maroc, de même qu'à la phase d'engineering du deuxième réseau GSM. Sicotel, ITA, Elecam et Sogea travaillent avec l'équipementier. Fournisseur traditionnel d'Itissalat Al-Maghrib et de plusieurs autres organismes (ONDA, ONE, ONCF, ONA...), le groupe s'intéresse aussi aux réseaux, terminaux mobiles et multimédia. La deuxième licence GSM constitue pour lui une opportunité supplémentaire. L'an dernier, le groupe a vendu 37,374 millions de téléphones portables (l'un de ses points forts), ce qui représente une augmentation de 81,5% par rapport à 1997 et une part de marché mondial de 22,9%. Selon les spécialistes, il est l'un des plus avancés dans la préparation à la norme de troisième génération.

· Motorola
C'est l'un des principaux fournisseurs mondiaux dans les télécommunications sans fil. Pour son installation au Maroc, l'équipementier américain compte développer ses ventes de téléphones portables, de systèmes de télécommunications et de récepteurs d'appels ou de poche. La raison de sa présence, c'est la privatisation du secteur de la téléphonie au Maroc. Selon la direction Europe, Moyen-Orient et Afrique, l'objectif de cette présence n'est pas de concurrencer leur client principal qui est Itissalat Al-Maghrib, mais plutôt de lui vendre l'équipement. C'est le seul équipementier à porter une double casquette: Il est associé dans le consortium Badilcom et en même temps il se tient prêt à fournir les équipements.
Au niveau mondial, Motorola s'est octroyé une part de marché de 19,8% contre 23,5% en 1997.

· Siemens
Setel, représentant exclusif de Siemens au Maroc, est claire sur la position de la maison mère allemande concernant la deuxième licence GSM. Les responsables se disent prêts et intéressés pour équiper l'adjudicataire du marché.
Depuis l'introduction du GSM au Maroc en 1994, l'entreprise participe à la mise en place du réseau de téléphonie mobile. Setel a été nom-
mée centre de compétences d'Afrique du Nord et de l'Ouest. Le groupe allemand participe actuellement à l'extension du réseau mobile d'Itissalat Al-Maghrib. Pour l'exercice 1997/98, la société a réalisé un chiffre d'affaires de 243,7 millions de DH. Setel emploie 200 personnes.

· Alcatel
La filiale marocaine du groupe Alcatel prépare la bataille pour l'équipement du deuxième réseau de téléphonie mobile. L'activité d'Alcatel Telecom Maroc est en pleine progression. En 1999, son chiffre d'affaires atteindra 160 millions de DH contre 110 en 1998. Au niveau mondial, la part de marché de l'équipementier reste encore modeste en raison de son arrivée tardive sur l'activité. Mais le récent contrat signé en Chine permet à la multinationale française de rattraper son retard. Elle vise désormais 10% des parts de marché dès cette année. Pour toutes ses activités confondues, Alcatel a réalisé un chiffre d'affaires de 131,5 milliards de FF en 1998.

· Lucent Technologies
L'un des plus grands équipementiers américains, mais aussi sur le plan mondial. Au Maroc, la base-arrière de l'équipementier se trouve au Twin Center à Casablanca. Lucent, spécialisé dans la conception, la fabrication et la commercialisation des produits télécoms, est présent dans plus de 90 pays. En 1997, il a réalisé un chiffre d'affaires de 26,4 milliards de Dollars, en hausse de 17,9%. La clé de la réussite consiste à adapter sa technologie aux exigences locales.

Radia LAHLOU.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc