×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Supplément Télecommunications

2ème licence: L'adjudicataire final connu avant la rentrée
Par L'Economiste | Edition N°:531 Le 17/06/1999 | Partager

· La licence est évaluée entre 150 et 200 millions de Dollars

· Les majors du secteur sont présents

SI tout va bien, l'adjudicataire final de la deuxième licence GSM sera connu avant la rentrée. La date de remise des offres fixée initialement au 15 juin a été reportée au 22. Ce report se répercutera sur l'échéancier du processus. Dans l'ensemble, le processus a été jugé "satisfaisant" malgré quelques petits ratés, notamment sur le plan de la communication.
La liste des opérateurs candidats a plutôt fière allure. Les majors du secteur ont tous répondu présents pour cette dernière ligne droite. Depuis le lancement de l'appel d'offres en juin dernier, chaque candidat est allé à sa manière pour se présenter comme l'opérateur "idéal". Ce qui rend encore plus difficile le choix des autorités. D'aucuns avancent que, dans ces conditions, un appui politique jouera un rôle. Dans tous les cas, le cahier des charges a été on ne peut plus clair: la pondération du volet financier est très élevée, à 60 points. Même si M. Mostapha Terrab, directeur général de l'ANRT, avait affirmé que ce ne serait pas une vente aux enchères, les impératifs financiers ont fini par prévaloir. La licence était évaluée par les spécialistes entre 150 et 200 millions de Dollars (1,5 à 2 milliards). Aujourd'hui, on avance un chiffre de plus de 300 millions. A cela s'ajoutent les investissements en infrastructure de base, les équipements d'exploitation et le réseau de distribution. Au total, ce ne sera pas moins de 600 à 700 millions de Dollars que l'opérateur aura à investir sur trois ans. Près des 2/3 de ce montant seront investis dès la première année.

A ce prix, tous les candidats ou presque promettent un réseau de qualité, la démocratisation du GSM et en prime la création de centaines d'emplois en associant les PME locales à l'activité que va générer ce deuxième réseau. Mais au-delà de toutes ces considérations, l'impact attendu de cette opération est évidemment le développement du secteur par une augmentation substantielle de la densité téléphonique et l'amélioration de l'offre des services. En effet, l'accès rapide et à moindre coût aux réseaux d'information devient capital pour les entreprises nationales désormais en compétition sur un marché mondialisé. Idem pour la modernisation de l'Administration qui doit s'appuyer sur une généralisation de l'usage des technologies de l'information. Et pour le développement de ces dernières, la mise en place d'infrastructures de télécommunications est un préalable. A terme, la réforme des télécoms devrait induire une croissance de 3% induite par les activités liées aux technologies de l'information et aider à atteindre les 7 à 8% de croissance que le pays souhaite pour les 15 prochaines années.
L'introduction d'un second opérateur est l'un des piliers de cette réforme. Le second, et non des moindres, c'est la privatisation d'Itissalat Al-Maghrib. Avec le nouveau contexte de la concurrence, IAM sera confrontée à une rude concurrence sur le GSM, qui s'étendra sur l'international dès janvier 2002.

Badra BERRISSOULE

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc