×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Relations avec l'UE, négociations dans le cadre de l'OMC

Youssoufi reprend les dossiers en main
Par L'Economiste | Edition N°:477 Le 05/04/1999 | Partager

· Définir une position du Maroc pour décliner les choix stratégiques

· L'UE a officiellement demandé d'ouvrir le dossier de la pêche


Le gouvernement retrousse ses manches. Les échéances des négociations approchent. Pour mieux les gérer, le Premier ministre serre les rangs. Il a d'ailleurs présidé une réunion du Comité ministériel sur le suivi des relations avec l'Union Européenne (UE) et des négociations dans le cadre de l'OMC. Il s'agit d'examiner le rapport de la Commission interministérielle technique instituée au niveau de son département en novembre dernier. La mise en place de cette Commission répond au besoin de coordination entre les différents niveaux de coopération (bilatérale, maroco-communautaire, euro-méditerranéenne ou multilatérale). Objectif: élaborer une position cohérente du Maroc. Cela permettra de fixer les orientations stratégiques afin de mieux définir les actions à mener.
Les agendas des différentes négociations sont imbriqués et touchent à différents secteurs. Il s'agit notamment des produits agricoles, industriels et des règles d'origine. Les rendez-vous se bousculent. Le plus en vue est la Conférence Euro-Méditerranéenne de Stuttgart en Allemagne, prévue pour les 14 et 15 avril. Ce rendez-vous figurait d'ailleurs en bonne place dans l'ordre du jour de la réunion du Comité ministériel. Pour le gouvernement d'alternance, il s'agit d'aller à cette conférence avec une équipe renforcée et des positions synchronisées. Tout le monde sait que cette Conférence se tient à un moment où l'UE est fragilisée par la démission collective des membres de la Commission Européenne. Le processus de paix en Proche-Orient pèsera, comme les précédantes fois, sur la Conférence.

D'autres échéances sont à nos portes. L'accord de pêche, qui prend fin en novembre prochain, figurait aussi à l'ordre du jour. La Commission Européenne a officiellement demandé par courrier au Maroc d'ouvrir ce dossier, histoire de déblayer le terrain. La position du Maroc, définie depuis la signature de l'actuel accord en 1995, est claire: l'accord ne sera pas reconduit. Cependant, les pêcheurs espagnols, qui constituent plus de deux tiers de la flotte communautaire, exercent une pression.
Le dead-line approche inexorablement. Il faudra définir une ligne de conduite plus précise et surtout plus actuelle sur les relations avec l'UE en matière de pêche. Le projet de Loi de Finances en cours de préparation devra prendre en compte toutes ces données.
L'Accord d'Association n'est pas en reste. L'agenda prévoit la mise en place prochaine du Conseil d'Association et du Comité d'Association Maroc-UE. Pour les produits agricoles, l'article 18 prévoit une clause de rendez-vous en l'an 2000 pour "fixer les mesures de libéralisation à appliquer à partir de 2001".
Autre dossier traité par la Commission intermininestérielle, les négociations dans le cadre de l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC) et la troisième Conférence ministérielle qui se tiendra prochainement à Seattle.

Mohamed CHAOUI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc