×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie Internationale

    Politique

    L'UMA serait-elle sur les rails?
    Par L'Economiste | Edition N°:508 Le 17/05/1999 | Partager

    · Le comité de suivi de l'UMA doit formuler des propositions pour sa redynamisation et préparer la prochaine session du Conseil des ministres des Affaires Etrangères
    · Dans un message adressé à SM le Roi Hassan II, le Président algérien, M. Abdelaziz Bouteflika, affirme que l'Algérie est entièrement disponible au bon voisinage avec le Maroc


    A peine nommé au poste de secrétaire général du Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération, M. Mohamed Rachad Bouhlal, ancien ambassadeur du Maroc à Bruxelles, est chargé d'une mission de taille: présider la délégation marocaine participant à la 35ème session du Comité de suivi de l'UMA. Cette session qui a ouvert ses travaux hier dans la capitale algérienne entre dans le cadre des préparatifs de la prochaine session du Conseil des ministres des Affaires Etrangères de l'UMA. Elle est également consacrée à l'examen des moyens à mettre en oeuvre pour redynamiser les activités de l'Union maghrébine. La mission de M. Bouhlal ne sera donc pas de tout repos et la question est toujours sensible. L'organisation de cette session constitue cependant un pas porteur d'espoir et pourrait signifier que le train de l'Union est en passe de démarrer après 10 ans d'arrêt.
    La dynamisation de cette institution reste tributaire du règlement des conflits en suspens entre les pays de l'Union, particulièrement entre le Maroc et l'Algérie. Une éclaircie dans les relations bilatérales se profile à l'horizon.
    Dans un message adressé récemment à SM le Roi Hassan II, M. Abdelaziz Bouteflika, président de la République Algérienne, a affirmé que son pays était "entièrement disponible" au bon voisinage avec le Maroc et à la relance de l'édification du Grand Maghreb. M. Bouteflika a également exprimé son souhait de voir l'Algérie et le Maroc oeuvrer ensemble pour la coopération entre les peuples de la Méditerranée et du continent africain.
    "Les relations historiques et de bon voisinage exigent un certain comportement en dépit des difficultés dans la résolution de questions litigieuses", a estimé le Président algérien. Ce message de M. Bouteflika intervient après l'appel de Figuig (du Premier ministre) pour la réouverture des frontières terrestres algéro-marocaines, fermées depuis 1994, et à la normalisation des relations entre les deux pays.
    L'organisation de cette nouvelle session du Comité de suivi de l'UMA pourrait donc constituer une occasion pour renforcer les relations entre les deux pays et ce, dans le sillage d'une reprise des activités de l'UMA.
    Le Comité de suivi de l'Union est composé des ministres ou des secrétaires d'Etat maghrébins chargés des Affaires de l'Union. Outre M. Bouhlal, la délégation marocaine se compose de MM. Abdelkader Benslimane et Moulay Driss Alaoui, respectivement ambassadeur du Maroc à Tunis et à Tripoli ainsi que M. Mustapha Belhadj, chef du Service UMA au Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération.


    L'UMA, dix ans après


    La tenue de la 35ème session du Comité de suivi de l'UMA intervient quelques semaines après la célébration du 10ème anniversaire de l'Union. Cette célébration n'a rien apporté de nouveau.
    En effet, comme à l'accoutumée des appels à la relance de l'UMA avaient été lancés de part et d'autre sans aucune concrétisation au niveau pratique.

    Adil BOUKHIMA

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc