×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Dossier Aviculture

La machine américaine
Par L'Economiste | Edition N°:514 Le 25/05/1999 | Partager

· Les coûts de production américains parmi les plus compétitifs au monde
· La consommation dopée par les nouveaux produits

Machine géante, l'industrie américaine du poulet affiche aujourd'hui ses positions: 15,5 milliards de Dollars de revenus, un peu plus de 12 millions de tonnes de production annuelle, une consommation de plus de 34 kg par personne et par an, dépassant celle de la viande bovine qui se situe à 30 kg.
Aux Etats-Unis, un complexe moyen produit 1,2 million d'oiseaux par semaine. Les entreprises américaines opérant dans ce secteur possèdent des infrastructures à tous les stades de production: troupeaux multiplicateurs, couvoirs, meuneries, abattoirs, usines de surtransformation et d'équarrissage. Les coûts de production sont aujourd'hui considérés comme les plus compétitifs au monde. Seuls quelques pays (Thaïlande, Chine et Brésil) devancent les Américains à ce niveau. Concernant le coût de production à la ferme (poulet vivant), les Etats-Unis sont en tête de liste (coûts moins élevés) ex aequo avec le Brésil. Cependant, c'est dans le coût de la main-d'oeuvre d'abattage où la Chine, la Thaïlande et le Brésil évincent les Etats-Unis(1).
De son côté, le circuit de commercialisation américain est entièrement entre les mains des producteurs et de leur association nationale, la NBC (Nation Boiler Council) vouée à la promotion de la volaille et à l'éducation. Conséquence: un dynamisme de la distribution et la création de nouveaux produits. Dans les années 70 et 80, l'arrivée des "nuggets" et des produits surtransformés de restauration rapide ont largement contribué à l'accroissement substantiel de la consommation de poulet au cours des dernières années.
Si aujourd'hui, les Etats-Unis affichent une consommation annuelle de poulet de 34 kg par habitant, ils sont devancés par Hong-Kong qui se place en tête avec 36,5 kg. Arrivent ensuite Israël (31,7), l'Arabie Saoudite (30,8), Singapour (30,3). Le Canada, lui, affiche une consommation de 25,8 kg devant l'Australie avec 24,3 ou encore l'Espagne et le Brésil avec respectivement 22,6 et 22,1, ou encore le Portugal (20), le Royaum-Uni (19,2) et l'Argentine (19)(2).
Le Maroc consomme un peu plus de 8 kg par habitant et par an à niveau égal avec la Tunisie.

Meriem OUDGHIRI

(1) Informations collectées sur Internet.
(2) Chiffres tirés entre autres du site Internet MHR-Viandes.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc