×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie Internationale

    Cadre juridique, système d'information, formation...

    Les experts africains planchent sur les projets régionaux
    Par L'Economiste | Edition N°:452 Le 26/02/1999 | Partager

    La troisième réunion du Comité de suivi de la Conférence ministérielle sur la coopération halieutique entre les Etats africains riverains de l'Océan Atlantique vient de s'achever. Au menu: la coopération et son état d'avancement.

    Visiblement, le Maroc est devenu le chef de file de la coopération africaine dans le domaine de la pêche. En effet, six mois après la tenue de l'assemblée constitutive de l'Association Africaine des Importateurs et Exportateurs de Produits de la Mer (Afiex), en septembre dernier à Agadir, c'est au tour de Rabat d'abriter la troisième réunion des experts du Comité de suivi de la Conférence ministérielle sur la coopération halieutique entre les Etats africains riverains de l'Océan Atlantique et ce, du 22 au 25 février. Objectif, relancer et intensifier la coopération entre ces pays dans le secteur de la pêche. "Il est prouvé aujourd'hui que notre conférence constitue l'espace naturel pour fédérer et harmoniser nos approches dans cette perspective et, partant, renforcer les structures de notre axe halieutique atlantique", déclare M. Thami El Khyari.
    Quatre ateliers ont été organisés lors de cette réunion. Il s'agit d'abord de la coopération avec les organisations régionales et internationales. La conférence africaine a sollicité, à ce niveau, l'appui de la FAO, notamment pour le programme stratégique 2000-2015. De son côté, la Banque Africaine de Développement (BAD) a affiché, lors de cette réunion, sa disposition à "intervenir notamment dans la pêche côtière et artisanale pour répondre aux besoins de la population, et accorder une attention particulière au rôle de la femme dans la transformation et la commercialisation". De plus, un projet de mémorandum d'entente entre le comité africain et la BAD a été convenu. Toutefois, aucune information n'a été divulguée quant à son contenu ou ses objectifs.

    Système d'information géographique


    Outre la coopération, la réunion de suivi a tenu un second atelier consacré à l'état d'avancement des projets régionaux. Sur ce registre, des déclarations et des recommandations, mais peu de réalisations concrètes. En revanche, l'élaboration du projet régional portant sur l'amélioration du cadre juridique pour la coopération vient d'être bouclée. Cependant, une phase intérimaire (juin 1997-juin 1999) a été décidée "pour utiliser les reliquats budgétaires évalués à 160.000 Dollars".
    Autres projets en cours de finalisation, l'appui à l'aménagement des pêcheries de l'Atlantique-Est ainsi que la mise en place du système d'information géographique. Ce programme, "composante-pilote de la Conférence ministérielle, a été réalisé grâce à l'appui de la FAO et au financement de l'Etat français", est-il précisé. Selon les conférenciers, ce projet facilitera des échanges de données entre pays et le suivi des stocks au niveau régional. Le troisième atelier, lors de cette réunion de suivi, a été consacré aux domaines de la formation et de la recherche. A ce niveau, un séminaire est d'ores et déjà prévu pour le mois d'octobre à Agadir. Destiné aux directeurs d'établissements ou responsables de ressources humaines, il portera sur "la gestion des établissements de formation en pêche maritime et l'élaboration des programmes de formation".
    Enfin, et dans le cadre du quatrième atelier, un projet de mise sur CD-Rom du "Compendium" des législations des pêches dans les Etats côtiers de l'Afrique de l'Ouest a été décidé.


    Conférence ministérielle: Le Maroc secrétaire permanent


    TROIS sessions sont aujourd'hui à l'actif de la Conférence ministérielle sur la coopération halieutique entre les Etats africains riverains de l'Océan Atlantique. Mais la naissance de cette organisation n'a pas été le fruit du hasard. En fait, c'est dans un contexte international marqué par la nécessaire protection des ressources halieutiques que la première réunion des Etats africains riverains de l'Océan Atlantique s'est tenue en 1989 à Rabat. Outre la volonté de préserver leur stock respectif de poisson, les pays africains ont négocié le virage de la coopération Sud-Sud grâce notamment aux dispositions du "nouvel ordre maritime international", établi par la convention des Nations Unies sur le droit de la mer en 1982, est-il souligné. "Pour que ce programme puisse aboutir, il fallait lui donner une plus grande assise politique", indique un responsable au Ministère des Pêches Maritimes. Dès lors, une convention régionale à été organisée en 1991 à Dakar. Objectif, instituer l'ensemble des domaines de coopération entre les pays africains.
    Lors de la troisième session de la conférence, tenue à Praia au Cap Vert du 14 au 18 juillet 1998, le Maroc s'est vu assurer le Secrétariat permanent de la conférence. Trois types de recommandations ont été émises lors de cette session. La première catégorie vise à renforcer le cadre institutionnel et administratif de la conférence. La seconde militait pour la promotion de la coopération avec les organisations régionales et internationales. La dernière recommandation, elle, est relative à la mise en oeuvre de projets et études régionaux.
    Du côté du cadre institutionnel, trois organes composent aujourd'hui cette organisation africaine. Il s'agit d'abord de la conférence des ministres qui constitue "un organe d'orientation et de décision en matière de coopération". Le second organe est le "Bureau de coordination de la conférence des ministres. Il fait office de comité de suivi de la conférence. Enfin, l'organe exécutif est représenté par le Secrétariat permanent.

    Hassan BOUCHACHIA

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc