×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Bicaméralisme, alternance, entreprise...

    Un Discours du Trône pour consolider la modernisation
    Par L'Economiste | Edition N°:456 Le 04/03/1999 | Partager

    Bicaméralisme, alternance, mission de l'opposition, liberté d'entreprendre, emploi... Le Souverain a, dans le Discours du Trône, balisé la route pour construire.

    (Suite de U02)
    La notion de travail doit être réhabilitée ainsi que la liberté d'entreprendre. Pour le Souverain, la dichotomie entre l'économie et le social est désormais dépassée: ce sont deux faces d'une même réalité. L'une doit servir l'autre. Ainsi, les profits dégagés doivent servir un but humain par une redistribution équitable des bénéfices. Dans cette configuration, l'entreprise doit être mieux structurée et organisée pour affronter la concurrence.
    Dans le Discours de SM le Roi, la construction est multiforme. Des réformes sont désormais érigées en priorités. Celle du système d'enseignement acquiert un caractère d'urgence. A ce titre, une commission spéciale sera chargée de cette question prioritaire. Elle sera présidée par M. Abdelaziz Méziane Belfkih, conseiller de SM le Roi et ancien ministre de l'Equipement. Une Lettre Royale sera adressée dans ce sens.

    Emploi lié à l'investissement


    Autre chantier à finir, la réforme de la Justice. Un Etat de droit exige notamment une rapidité dans l'instruction des affaires, dans l'exécution des jugements, une plus grande transparence et des motivations des jugements. Cet arsenal sera complété par la création prochaine de cours de comptes régionales.
    La réforme de l'Administration est également dans le pipe-line. La révision du statut de la fonction publique est vitale. Il s'agit de réduire la bureaucratie et aller vers une meilleure rationalisation.
    La décentralisation, déjà mise en place, est appelée à franchir de nouvelles étapes. Dans ce sens, la région, en tant que collectivité locale, doit constituer le point d'équilibre entre la décentralisation et la déconcentration. Le colloque national sur les collectivités locales tenu à Casablanca en octobre dernier et ouvert par le Souverain avait tracé la direction à prendre.
    Le Souverain a également abordé l'emploi des jeunes en rappelant les Assises de l'Emploi tenues à Marrakech dernièrement. La moyenne d'embauche annuelle est honorable. L'emploi reste lié à l'investissement et au dynamisme des entreprises. C'est pour cela qu'il est question de doter le pays d'un code du travail moderne.
    La vision constructive traverse aussi les privatisations. Sur ce point, il s'agit de tirer les leçons des opérations de transfert passées. Mais, il ne faudra plus considérer les privatisations comme une opération visant à renflouer les caisses du Budget, mais un moyen pour moderniser et restructurer l'économie.
    Les affaires étrangères n'ont pas été oubliées. SM le Roi a donné un aperçu des prochains rendez-vous économiques. Les négociations dans le cadre de l'accord de libre-échange et l'OMC seront difficiles. Une préparation pour affronter ces échéances est nécessaire. De même, le Souverain a abordé la coopération économique avec les pays arabes. Là aussi, la construction n'est pas loin: il faudra transformer les relations bilatérales en groupements régionaux. Sur le Proche-Orient, le Souverain ne dissimule pas son espoir: la victoire des forces de la paix lors des prochaines élections en Israël.

    Mohamed CHAOUI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc