×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprise Internationale

    · NEC délaisse Packard Bell et menace 2.600 emplois

    Par L'Economiste | Edition N°:633 Le 08/11/1999 | Partager

    Le groupe électronique japonais NEC va arrêter de vendre les ordinateurs personnels sous la marque Packard Bell sur le marché américain, une décision qui représente une menace pour 2.600 emplois, indique la société. Le groupe NEC veut concentrer ses efforts sur sa propre marque aux Etats-Unis.
    La restructuration de la division américaine va se traduire par une réduction drastique des effectifs. Au total, 80% du personnel devrait être licencié, soit 2.600 employés. NEC ne gardera environ que 300 à 400 personnes en charge des ventes aux entreprises, selon la presse américaine.
    NEC et son partenaire français, le groupe Bull, qui détiennent respectivement 88 et 12% de Packard Bell, y ont investi 2 milliards de Dollars, dans l'espoir d'une présence significative sur le marché américain du PC.
    Mais Packard Bell a perdu plus d'un milliard de Dollars entre 1997 et 1998, selon NEC. La société devrait encore perdre 150 millions de Dollars en 1999. Malgré des gains de productivité de 30% depuis l'année dernière, Packard Bell n'arrive pas à concurrencer les constructeurs asiatiques. La société va sous-traiter la fabrication de ses PC d'ici la fin de l'année.

    · Siemens: Les fruits de la restructuration

    Le géant allemand de l'électritechnique Siemens a vu ses gains s'envoler en 1998/99 grâce à la poursuite réussie de son vaste plan de restructurations. La firme de Munich a annocé un bond de 37% de son bénéfice net à 1,86 milliard d'Euros, lors de l'exercice clos fin septembre. Un résultat bien supérieur aux attentes des analystes, qui tablaient sur des gains nets compris entre 1,58 et 1,725 milliard d'Euros. Le plan de restructuration décliné en dix volets (annoncé en juillet 1998, a sensiblement fait avancer les résultats, même si la société veut abandonner son secteur composants.
    La progression des gains nets résulte avant tout de l'amélioration du résultat opérationnel, a estimé le groupe. Les revenus tirés des désinvestissements actuels seront effectifs à partir de l'exercice 1999/2000. En raison de ce bon résultat, le groupe va proposer un dividende de 1 Euro par action, contre 0,77 au titre de l'exercice précédent.

    · IBM remporte un contrat d'un milliard de Dollarsavec Nissan

    Le géant américain de l'informatique IBM a annoncé jeudi la signature d'un contrat d'une valeur d'un milliard de Dollars sur neuf ans et demi avec le constructeur automobile japonais Nissan, pour gérer son système informatique en Amérique du Nord. Les deux groupes vont également étudier une collaboration dans d'autres régions du monde où Nissan est implanté. Ce contrat devrait permettre à Nissan de réaliser des économies substantielles pendant sa durée.
    Nissan va aussi développer conjointement avec IBM un système mondial de gestion des technologies de l'information pour permettre au constructeur d'améliorer son fonctionnement et mieux faire face aux défis d'un marché de plus en plus global. Ces efforts s'inscrivent dans le cadre d'un plan de restructuration sévère du numéro deux automobile japonais, le "Plan du Renouveau", annoncé le 18 octobre et prévoyant la fermeture de cinq usines, la suppression de 21.000 emplois et une sélection parmi ses fournisseurs, suite à sa prise de contrôle à 36,8% par le Français Renault.

    Radia LAHLOU (AFP)

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc