×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    · En bref

    Les PME maghrébines en retard
    Par L'Economiste | Edition N°:494 Le 27/04/1999 | Partager

    Au Maroc, en Tunisie et en Algérie, les PME sont en retard et doivent fournir un véritable effort pour s'adapter aux exigences de la mondialisation. Tel est le constat général établi par les participants d'un colloque organisé la semaine dernière à Tunis, à l'initiative de la revue hebdomadaire privée tunisienne «Réalités». Les trois pays comptent quelque 740.000 PME patentées, dont 550.000 au Maroc, 180.000 en Algérie et 10.000 en Tunisie.
    Parmi les handicaps cités lors de ce colloque, «des performances moyennes, sinon pauvres, un management archaïque, un environnement inadéquat, le retard technologique, la sous-capitalisation, l'endettement, ainsi que la vétusté des équipements».
    En Tunisie, moins de 5% des PME ont un chiffre d'affaires supérieur à 1 million de Dollars. Au Maroc, le tiers des PME ont moins de 8 salariés et seulement 7% emploient plus de 200 personnes. Le secteur public est encore dominant en Algérie et «les difficultés des PME dans ce pays relèvent encore du droit à l'existence, au crédit, à la reconnaissance», selon un bureau tunisien privé «Comete Engineering». L'Algérie renferme un potentiel important, mais la contribution des PME à l'économie y est limitée (moins de 40% du PIB hors agriculture en 1996), en raison notamment de l'héritage de trois décennies d'économie socialiste, a estimé un expert algérien. Les réformes de restructuration engagées depuis 1994 ont cependant permis la création de quelque 4.500 PME en parallèle à la dissolution de quelque 1.200 entreprises publiques.
    Tous les participants du colloque étaient unanimes pour dire que le rôle des PME est stratégique. L'Union Européenne apporte une aide logistique et financière aux programmes d'appui au secteur privé maghrébin. Mais les bénéficiaires estiment que cette assistance reste insuffisante, voire «négligeable» par rapport aux besoins de libéralisation et de modernisation de l'économie avant l'avènement de la zone de libre-échange programmée pour 2010.

    Nadia BELKHAYAT (AFP)

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc