×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Guelmime/Tourisme
    Des investissements de 12,5 milliards de DH

    Par L'Economiste | Edition N°:3326 Le 23/07/2010 | Partager

    . Près de 205.000 ha de terres agricoles. L’artisanat et la pêche secteurs prometteurs aussiTOURISME, agriculture, pêche et artisanat sont quatre secteurs prometteurs dans la région de Guelmime. De par son positionnement, la région dispose de sites touristiques importants comme de grandes oasis, casbahs, palais anciens, des plages tels la Plage blanche, El Watya ou Foum Oued Chbika, des thermes d’eau minérale (Abaynou, Lalla Mellouka …). Les grandes étendues et dunes de sable sont aussi pour les amateurs d’aventures l’occasion de découvertes et d’exploration. La diversité culturelle (traditions, folklore, inscriptions hiéroglyphes…) et la proximité avec les Iles Canaries sont d’autres atouts à citer. Les responsables œuvrent d’ailleurs pour que la destination Guelmime offre un tourisme de résidence et non seulement un tourisme de passage comme c’est le cas actuellement. Les touristes doivent en effet trouver les conditions capables de les faire revenir régulièrement. Pour cela, de grands projets touristiques sont en cours réalisation, le tourisme étant un secteur qui peut assurer à la ville un développement socio-économique certain. La prochaine station touristique qui sera localisée dans la zone de la Mer blanche à 65 km au sud de Goulimine rentre dans ce sens. Le projet s’étend sur une superficie globale de 200 hectares dont 50 ha pour la première tranche et 150 ha pour un élargissement par la suite. L’enveloppe budgétaire qui lui est allouée est de 1,5 milliard DH pour une capacité litière de 2.500 lits pour deux structures hôtelières de 5 et 4 étoiles, en plus d’un centre de divertissement. Une convention de partenariat a été signée entre l’Etat et l’investisseur «Pickalbatros», société égyptienne, comme première étape de réalisation du projet.La région va contenir aussi un autre projet touristique précisément à Foum Oued Chbika à 55 Km au sud de la ville de Tan Tan. Le budget  alloué est de 10 Milliards DH dont 6,8 Milliards DH d’investissement direct. La capacité litière globale du projet est de 15.000 unités dont 9.000 seront réalisés lors de la première tranche ; et 6.000 lors de la deuxième. Le projet comprendra aussi un Palais des congrès, un centre sportif et un golf de dix-huit trous. La superficie globale du projet est de 1.500 hectares dont, dans un premier temps, 500 ha sur les rives de Oued Chbika. La deuxième étape concernera les 1.000 ha restant. Concernant les étapes de réalisation du projet, un accord a été d’abord signé entre l’Etat et Orascom, l’investisseur égyptien, et ce, depuis septembre 2007..Un autre grand projet verra le jour dans le sud ouest de la Commune El Watya. Il s’agit de la création d’une zone touristique et résidentielle d’une capacité litière de 1.150 lits pour un coût global d’un milliard de DH pour une superficie de près de 43 hectares. Le projet sera réalisé en trois phases et comprendra la construction, entre autres, de résidences touristiques, hôtel, villas, corniche, centre commercial, centre de santé, théâtre de verdure, maison de la jeunesse… L’investisseur est le «Groupe Alliance immobilier S.A». Par ailleurs, dans le domaine de l’agriculture, la région de Guelmime dispose de  près de 205.000 ha de terres agricoles dont plus de 14.000 ha irrigués. Les prairies sont estimées à 6 millions d’hectares. A Siadnoun, le débit est de 700 litres par secondes. D’un autre côté, avec plus d’un million de palmiers enregistrés; la région possède 1/5 de la contenance nationale.  Parmi les productions les plus importantes peuvent être citées les tomates, légumes, pastèques, arbres fruitiers (palmiers, oliviers, amandiers…). La production annuelle de luzerne est, quant à elle, de 150.000 tonnes. L’artisanat, secteur socio-économique important, emploie près de 13% de la main d’œuvre locale. Et, faut-il le rappeler, les six centres de formation professionnelle existants dans la région dispensent une formation dans les métiers artisanaux et de services. 46 coopératives et 36 associations artisanales permettent de mieux organiser le secteur et de préserver traditions et coutumes locales. Dans ce volet, l’optique est de réaliser le Programme de développement régional de l’artisanat (PDRA) qui repose sur la vision 2015 et tient compte de la subvention des produits artisanaux et leur commercialisation de même que l’amélioration des conditions de travail des artisans.


    La pêche, à développer

    POUR ce qui est de la pêche maritime, la force de la région réside dans sa richesse et dans l’existence du port de Tan Tan qui joue un rôle important sur le plan national tant au niveau de la pêche hauturière que côtière. En outre, le port compte une zone industrielle qui s’étend sur une superficie de 74 hectares et un terrain de 3 ha pour les ateliers de réparation des bateaux et barques. D’un autre côté, il existe une autre zone industrielle de 44 ha à l’extérieur du port, sise dans la Commune El Watya. La mise en valeur de ce secteur vise à  encourager les investissements, réhabiliter la pêche traditionnelle et à encourager la recherche scientifique dans ce domaine.De notre correspondante, Fatiha NAKHLI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc