×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    GSM: Le consortium piloté par France Télécom dévoile sa stratégie

    · Consortium Badil'Com comprend France Télécom, Motorola, Ferrovial et Wafabank

    Par L'Economiste | Edition N°:486 Le 15/04/1999 | Partager

    · Capital: 71% pour les opérateurs étrangers, 29% pour Wafabank
    · France Télécom : "Pas intéressée par la privatisation d'IAM"


    Après la préqualification à la course pour la seconde licence GSM annoncée par l'ANRT le 14 avril, le consortium formé par France Télécom et ses partenaires Wafabank, Motorola et Ferrovial met le turbo dans ses moteurs.
    «Badil 'Com», tel est le nom choisi pour la société sous la bannière de laquelle les composants du consortium mèneront leurs actions pour décrocher la deuxième licence. « Le mot évoque les notions de changement, d'alternative auxquelles, il faut associer le suffixe «com» dont la signification véhicule l'idée de «votre» et de communication»(1) , explique M. Abdelhak Bennani, président-directeur général de Wafabank.
    Ce nouveau-né se veut une société globale. Cette vocation n'exclut pas que Badil'Com prévoit de conclure des partenariats avec des distributeurs privés locaux, indiquent les quatre partenaires.
    En attendant le lancement de l'appel d'offres prévu pour le début de la semaine prochaine, 71% du capital du consortium sera détenu par France Télécom, Motorola et Ferrovial. Quant à Wafabank, il aura 29%.
    Le gouvernement compte intégrer dans l'actionnariat du futur élu de cette course pour le mobile (qui sera connu d'ici l'été), la Caisse de Dépôt et de Gestion (CDG . Le pourcentage de participation de la CDG sera précisé dans le cahier des charges en cours de préparation.
    Lors de la conférence de presse tenue hier, le président de France Télécom était catégorique quant à la position de son groupe pour ce qui est de la participation à la course de privatisation d'Itissalat Al-Maghrib. «Nous ne sommes pas intéressé par l'ouverture du capital de l'opérateur historique. Notre priorité, c'est de gagner la course à la deuxième licence», tient à préciser M. Bon.
    Si, sur la ligne de départ pour l'attribution de la seconde licence GSM, il y avait quinze candidats, après les préqualifications il n'en reste que six: France Télécom/Motorola, les Américains GTE/Bell Atlantic, du groupe Vodafone-AirTouch, le troisième opérateur mobile en Angleterre Orange, Telecom Italia Mobile, Vivendi/SBC, Telefonica/Portugal Telecom (Cf L'Economiste du jeudi 15 avril).
    Pour les disparus, il s'agit de Deutsche Telekom, MTN International de l'Afrique du Sud, Rumelitelecom (Turquie), le Portugais Telecel, le Suédois Telia.

    Rachid JANKARI

    (1) L'identité visuelle de Badil'Com a été conçue par l'agence Saga Communication.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc