×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Société

Grippe saisonnière: Les Marocains en pleine confusion

Par L'Economiste | Edition N°:2428 Le 22/12/2006 | Partager

. Plus de 50% des Casablancais ne font pas la différence entre une grippe et un rhume. La pollution de l’air aggrave les troubles respiratoiresLES Marocains font-ils la différence entre une grippe et un rhume banal? La réponse serait non, à en croire une étude menée au niveau, de Casablanca et sa région, par l’Association marocaine de prévention & éducation pour la santé (Amapes), sur la perception de la grippe par le grand public (après celle réalisée auprès des médecins, cf.www.leconomiste.com). Cette étude a été menée en collaboration avec le bureau d’études BJ Consult et a touché un échantillon de 400 personnes.Les Marocains savent toutefois qu’une grippe mal diagnostiquée peu être mortelle, notamment chez les personnes déjà fragilisées par l’âge ou par d’autres maladies. D’où l’urgence de la mise en place d’une stratégie de prévention de cette grippe. L’objectif étant de «protéger la population contre ce virus qui peut tuer en silence», indique le Pr Mohamed Bartal, président de l’Amapes. Côté chiffres, la grippe saisonnière occasionne chaque année entre 500.000 et 1 million de décès dans le monde. Selon les résultats de cette étude, 88% de personnes savent ce qu’est la grippe, et 65% ne font pas de différence entre ce virus et le banal rhume. Les symptômes les plus connus de la grippe au sein de la population sont: l’écoulement nasal (65%), les maux de tête (57%), les frissons (55%), la toux sèche et douloureuse (51%). Ces symptômes traduisent plus le rhume banal et donc il y a bien une méconnaissance réelle de la grippe elle-même. 63% des interrogés estiment que la grippe est grave (et même très grave pour 40%). A souligner que 18% de la population l’appellent «grippe hivernale» et 51% déclarent connaître la grippe aviaire. Ils sont 11% à connaître la grippe pandémique. Ces connaissances sont véhiculés par les médias (83% de la population regarde la télévision, 51% écoutent la radio et 43% lisent la presse). Notons que les hommes semblent, plus que les femmes, connaître la grippe (97%). Ils sont 49% à faire la différence entre la grippe et le simple rhume. Les hommes consultent plus les médecins en cas de maladie (35%). D’après l’Amapes, 79% des gens ont été atteints par la grippe au cours des 12 derniers mois. Cette contamination a eu lieu en automne puis en hiver. Près de 70% des individus connaissent le mode de contamination (la respiration et l’air ambiant). Ils sont cependant 41% à penser que la grippe s’attrape par le contact physique, 12% par la salive et 11% par le confinement. 24% de personnes ont consulté un médecin, qui, dans 88% des cas, a diagnostiqué une grippe. Qu’en est-il du remède? Dans 51% des cas avérés de grippe, le traitement prescrit par le médecin a reposé sur des antibiotiques, dans 21%, il y a eu prescription de vitamines; et dans 13%, de l’aspirine. Un antiviral n’a été prescrit que dans 6% des cas. Attention, ce sont 30% qui ont eu recours à la médecine traditionnelle; et 9% à l’automédication. Près de 72% des personnes déclarent acheter des médicaments ou des vaccins en prévention de la grippe et 62% en stocker. La durée de conservation souhaitée est de moins de 6 mois pour 54% et de 6 mois à 1 an pour 39%. D’autres données. Ce sont 94% des Marocains qui savent comment se protéger. Ils sont 41% à mettre des vêtements chauds, 27% prennent de la médecine douce et 16% des médicaments. Puis, 12% déclarent se faire vacciner, et 15% déclarent prendre des antiviraux. Quid des enfants? L’attitude des personnes ayant des enfants est radicalement différente lorsque ceux-ci sont touchés (58% des enfants atteints au cours des 12 derniers mois). Dans 66% des cas, les parents emmènent leurs petits en consultation chez le médecin, qui dans la quasi-totalité (93%), a diagnostiqué un cas de grippe.


Casablanca suffoque

POUR rappel, des études (cf. www.leconomiste.com) avaient démontré que les Casablancais respiraient mal. Et pour cause, la cité économique est polluée notamment par le dioxyde de souffre, les oxydes d’azote, les hydrocarbures totaux, etc. Les conséquences de l’air empoisonné ne sont pas moindres: troubles respiratoires, asthme, irritations occulaires, allergies, cancers…. Encore faut-il souligner que l’air pollué n’est pas figé et se déplace en fonction des paramètres météorologiques (vent, brouillard, pluie…)F. Z. T.

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc