×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Grippe aviaire
Un milliard de dollars mobilisé

Par L'Economiste | Edition N°:2148 Le 10/11/2005 | Partager

. Des mesures d’urgence pour l’Afrique. La conférence de Genève prévoit un plan d’action international L’argent mobilisé lors de la conférence internationale pour lutter contre la grippe aviaire dépasse un milliard de dollars. La Banque asiatique de développement (BAD) a annoncé qu’elle pourrait consacrer jusqu’à 470 millions de dollars à moyen terme à la lutte contre le virus H5N1 en Asie. La banque régionale envisage de mettre à disposition 300 millions de dollars en prêts, en plus des 170 millions de dollars déjà prévus pour financer des actions d’urgence, notamment pour le renforcement des réseaux de surveillance dans les zones où la maladie est devenue endémique. La Banque mondiale avait, quant à elle, annoncé ces derniers jours qu’elle entendait mettre à disposition quelque 500 millions de dollars sous forme de prêts pour aider les pays pauvres à faire face à la crise. Le vice-président de l’institution chargé du dossier, Jim Adams, avait indiqué que la Banque allait lancer un appel aux dons afin d’éviter à ces pays de consacrer au remboursement de prêts des fonds qui auraient pu être consacrés au développement.Quelque 30 millions de dollars ont par ailleurs déjà été alloués à un programme d’urgence de la FAO et de la OIE, consacré à des mesures vétérinaires. La FAO et l’OIE envisagent de réévaluer ce programme, initialement chiffré à 175 millions de dollars, afin de faire face notamment aux besoins de l’Afrique, continent dépourvu d’un réseau vétérinaire approprié, où arrivent en ce moment les oiseaux migrateurs venus du Nord, potentiellement porteurs du virus. Ces sommes sont relativement faibles comparées au coût économique et social d’une possible pandémie atteignant les hommes: la Banque mondiale estime que les pertes pour l’économie mondiale pourraient s’élever à plus de 800 milliards de dollars, soit 2 à 3% du produit brut mondial. La conférence de Genève doit annoncer aujourd’hui un plan d’action international pour freiner la propagation du fléau et rapidement convoquer une conférence de donateurs.


Tamiflu: Inefficace?

Le groupe pharmaceutique Roche sera en mesure de produire en 2006 et 2007 davantage de son médicament antiviral Tamiflu que le total de ce qui lui a été commandé jusqu’à présent, a affirmé mercredi 9 novembre l’OMS. L’efficacité d’antiviraux comme le Tamiflu, déjà utilisés dans certains cas pour le traitement précoce ou la prévention de la grippe saisonnière, n’est pas scientifiquement prouvée contre le H5N1, et a fortiori contre un virus pandémique encore inexistant. En l’absence de vaccin adapté au début d’une pandémie, l’OMS mise sur l’action d’antiviraux qui visent notamment à limiter la contagion, en  réduisant la capacité des virus grippaux à s’échapper des cellules qu’ils parasitent et à propager l’infection chez le même malade ou son entourage.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc