×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Grippe A/H1N1: L’école en alerte

Par L'Economiste | Edition N°:3156 Le 25/11/2009 | Partager

. Les analyses de détection coûtent entre 350 et 1.500 DH. Près de 50% des cas déclarés se trouvent en milieu scolaireLes écoles sont les principaux foyers de contamination de la grippe A/H1N1. Depuis le premier cas déclaré le 10 juin, on compte 1.285 cas de grippe A/H1N1, dont 642 en milieu scolaire, soit près de 50% des cas. «Les enfants représentent une population vulnérable», explique Fouad Jettou, directeur du Centre régional hospitalier Moulay Youssef. Selon une note du ministère de l’Education nationale, les classes où un cas de grippe A/H1N1 a été confirmé doivent être arrêtées pendant 7 jours. Dans ce cas de figure, les élèves doivent absolument rester chez eux, et cela relève de la responsabilité des parents. L’arrêt total de l’école est préconisé si plus de trois cas ont été détectés dans plusieurs classes. Et enfin, un arrêt préventif pendant une dizaine de jours est de mise lorsqu’une école se trouve dans une région où plus de 1% de la population qui y vit sont atteints de la grippe A. Quant aux maternelles et établissements préscolaires, ils doivent être fermés pendant 10 jours si plus de 2 cas sont découverts en moins de 3 journées. Pour rappel, la grippe A présente les mêmes symptômes que la grippe saisonnière. Les parents doivent s’inquiéter lorsqu’une fièvre supérieure à 38,5 °C apparaît brutalement, accompagnée de problèmes respiratoires: gêne ou toux sèche. De la fatigue intense, des courbatures, et des maux de tête sont aussi des symptômes détectés chez les populations plus âgées. «C’est une maladie bénigne qu’il faut soigner en fonction de chaque patient. Des prescriptions personnalisées sont indispensables, et une visite chez le médecin trois jours après le début du traitement est nécessaire», selon le docteur Naciri Bennani, président du SNMSL (Syndicat national des médecins du secteur libéral). Les analyses qui permettent de détecter la maladie (elles consistent en des prélèvements dans le nez ou la gorge via un coton-tige) ne sont pas automatiquement prescrites par les médecins, car «elles ne sont pas indispensables», affirme Bennani. De nombreux médecins constatent que la majorité des patients qui viennent consulter pour des soupçons de grippe A sont des patients habituels. «Ce sont ceux qui bénéficient d’une assurance maladie, soit à peu près 30% de la population», explique le Docteur Naciri Bennani. Sur Casablanca, seuls deux établissements publics effectuent les analyses de détection de la grippe A: l’Institut national de l’hygiène et l’Institut Pasteur. Dans les laboratoires privés, ces analyses atteignent parfois des prix exorbitants. Une enquête auprès des laboratoires de la métropole permet de constater que les prix varient entre 350 et 1.500 DH. Quant à la variation des délais d’obtention des résultats, elle est tout aussi importante d’un laboratoire à un autre. Ainsi, certains d’entre eux délivrent les résultats le lendemain des analyses, et d’autres annoncent une semaine avant de connaître le «verdict». Si grippe A il y a, alors elle a le temps de disparaître ou s’empirer!


Un marché juteux

Alors que le risque de propagation devient élevé au fur et à mesure que l’on s’approche de l’hiver, se prémunir contre la grippe A / H1N1 apparaît comme un luxe pour bon nombre de Marocains. Les masques et les produits désinfectants conçus à cet effet affichent des prix à en décourager plus d’un. Les produits désinfectants pour les mains coûtent entre 30 et 100 DH, et ils font le bonheur des officines mais aussi des grandes surfaces qui ont toutes prévu des présentoirs bien apparents pour ce type de produits. Quant aux masques, leurs prix varient de 3 à 28 DH (cf. www.leconomiste.com). A. Ak

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc