×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie

    Grève de l’enseignement
    Des taux de participation divergents

    Par L'Economiste | Edition N°:3140 Le 30/10/2009 | Partager

    . Massifs, selon les syndicats. De seulement 50% pour les autorités DE nombreux établissements scolaires n’ont pas fonctionné hier suite au mot d’ordre de grève par 4 syndicats affiliés aux centrales UMT, FDT, UGTM et UNTM. Rappelons que ces dernières réclament au gouvernement de respecter ses engagements pris lors de l’accord d’août 2007, notamment en ce qui concerne l’augmentation du taux du quota réservé à la promotion interne. Concernant le suivi de ce débrayage, les syndicats affichent leur satisfaction. Pour leurs responsables, le succès de leur mouvement préventif s’inscrit dans le cadre d’un programme d’actions pour faire aboutir leurs revendications. «D’une manière générale, le taux de participation varie entre 70 et 85%», selon Abdelmajid Al Gharsse, SG de la Fédération nationale de l’enseignement (UMT).

    Les établissements privés peu touchés
    Pour Youssef Alakouche, responsable national de l’UGTM (proche de l’Istiqlal, parti du Premier ministre Abbas El Fassi) et SG à Témara, le taux de participation enregistré, par exemple, dans certains établissements de cette préfecture a atteint les 100%. Le responsable de l’UGTM tient aussi à signaler les sit-in organisés devant les délégations des Académies régionales. Mais auprès des autorités, on avance des statistiques différentes à celles communiquées par les syndicats. Ainsi, pour les établissements de Rabat, le taux de participation enregistré jusqu’à midi n’aurait pas dépassé 45%. On explique ce faible taux par le non-engagement des militants et des sympathisants de la CDT qui sont fortement présents au niveau de la capitale. Globalement, et à en croire les responsables syndicaux, le taux de participation a oscillé entre 40 et 60% selon les académies. Le plus élevé, soit plus de 75%, a été enregistré dans les établissements de la délégation de Témara. Alors que pour les délégations de Khémisset et celle de Salé, le taux a varié entre 50 et 60%. «La grève d’aujourd’hui, qui a un caractère préventif, a pour but de pousser les responsables à répondre d’urgence à nos doléances conformément à l’accord d’août 2007, qui reste un cadre minimum pour nos revendications», précise Alakouche. Et d’ajouter: «On ne va pas attendre les résultats du dialogue social piloté par le gouvernement pour apporter des solutions à notre dossier qui traîne depuis plusieurs années». Sur ce volet, on apprend du responsable de l’UMT qu’une lettre vient d’être adressée à la Primature par le ministre de l’Education nationale pour examiner la satisfaction des revendications des syndicats de l’enseignement. Notons par ailleurs que la grève n’a pas touché les établissements privés. Enfin, il faut aussi signaler une autre grève pour deux jours, jeudi et vendredi, lancée par les syndicats des collectivités locales. Pour la ville de Rabat, on apprend que ce mouvement n’a pas été suivi par le personnel du Conseil de la ville et celui de la commune de Yakoub Al Mansour. Par contre, pour celle d’Agdal, le taux de participation a dépassé les 80%. Nour Eddine EL AISSI
    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc