×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Grande consommation: Ralentissement pour l’industrie

Par L'Economiste | Edition N°:2803 Le 20/06/2008 | Partager

. Prévisions de croissance plus faible qu’en 2007Les sociétés internationales de produits alimentaires et non-alimentaires de grande consommation vont enregistrer une «croissance plus faible» en 2008, après une année de fortes hausses du chiffre d’affaires et de la rentabilité, selon une étude du cabinet OC&C. Les 50 leaders mondiaux des industries de grande consommation (Coca-Cola, L’Oréal, Pernod Ricard...) ont enregistré une année 2007 «record», avec un chiffre d’affaires global en hausse de 9,5% par rapport à 2006 et une marge opérationnelle en progression de 1,1 point, représentant 18,1% du chiffre d’affaires, indique le cabinet. «Ce n’est qu’au prix d’efforts soutenus d’innovation et de développement de produits à forte valeur ajoutée que les grands fabricants ont quasiment réussi à maintenir leur marge brute, malgré l’explosion du prix des produits de base», commente Jean-Daniel Pick, associé du cabinet. Le cabinet donne l’exemple du groupe alimentaire suisse Nestlé, premier du classement en termes de chiffre d’affaires (83,6 milliards de dollars en 2007, +9,2%). Quinze des 31 marques principales de Nestlé ont connu une progression de leurs ventes supérieure à 10% (contre 7,4% pour la moyenne des marques du groupe). Les 23 marques «milliardaires» du groupe américain Procter & Gamble ont généré un chiffre d’affaires en hausse de 7%. Cependant, l’année en cours «pourrait s’annoncer délicate» pour les industriels qui s’appuient sur «une prévision de croissance plus faible qu’en 2007, une hausse significative des prix des produits de base, une inflation des prix des matières premières et de l’énergie, et une érosion de la confiance des consommateurs, de plus en plus réticents devant le prix de leur panier».Synthèse L’Economiste

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc