×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie

    Grand-messe de Nouvelles Frontières à Marrakech

    Par L'Economiste | Edition N°:1157 Le 04/12/2001 | Partager

    De notre correspondant, Salah BACHIR. La stratégie actuelle du voyagiste est de ne pas brader les prix. Les réservations ont repris pour février et mai 2002En choisissant récemment Marrakech pour organiser son séminaire annuel au profit des 500 agents venus du monde entier, le tour-opérateur Nouvelles Frontières (second voyagiste après Fram avec 80.000 clients par an qu'il ramène dans notre pays) a de toute évidence renforcé sa confiance dans le potentiel du Maroc. En ces temps de crise et d'incertitude où les destinations touristiques internationales s'arrachent les clients qui ont encore le courage de voyager, Loïl Le Cottellier, directeur général, affirme que «Nouvelles Frontières et son nouveau directoire veulent confirmer l'importance de la destination Maroc, et montrer le sens profond de l'accueil fait à Marrakech et les qualités multiples du Maroc». A son sens d'ailleurs, après chaque séminaire et à moyen terme, une augmentation de 15 à 20% du nombre de clients est constatée, parce que les agents de vente ont la possibilité d'apprécier la destination sous toutes ses facettes et peuvent donc mieux convaincre ceux qui hésitent entre plusieurs choix. Pour Marrakech, c'est en effet une aubaine que d'accueillir tout ce monde durant quatre jours, et lorsqu'on découvre que Nouvelles Frontières est leader européen après sa fusion avec le groupe Preussag et possède 14,4 milliards d'euros de chiffre d'affaires, on comprend alors mieux le sens et les impacts du séminaire en question qui aurait pu se dérouler aussi bien en France qu'en Tunisie. De plus, Nouvelles Frontières est leader dans les pays développés et fortement émetteurs de touristes (France, Allemagne, Pays-Bas, Angleterre, Irlande, Italie et Autriche, puis second en Scandinavie et en Belgique et troisième en Suisse).Il compte aussi dans son patrimoine 270 hôtels, 52 agences réceptives représentées dans plus de 70 pays, 89 appareils avions et 22 millions de clients. Au Maroc, Nouvelles Frontières qui a la marque World Of Tui a trois hôtels de la chaîne Paladien dont deux à Marrakech, le Tropicana et les Almoravides, et l'Azgor à Zagora, un boeing 747 (CRSAIR) qui dessert Marrakech-Paris deux fois par semaine, et une agence réceptive. Ses clients font partie de toutes les couches sociales, de l'ouvrier au cadre supérieur et du bébé au vieux retrait assure Le Cottellier, et leur diversité va aussi de paire avec les différentes offres du Maroc, balnéaire, culture et sport.


    Des reports, pas d'annulation

    Dans le contexte actuel, pour la destination Maroc, la stratégie de Nouvelles Frontières, renchérit son directeur général, est de ne pas brader les prix et de continuer à insister auprès des réseaux de vente. Il croit fermement que «ceux qui arrivent à tire leur épingle du jeu, ce sont les destinations de qualité, et la baisse des prix et de la qualité n'attirent pas les clients, bien au contraire». Confiant dans l'avenir, il nous assure que les réservations ont repris pour février et mai 2002. Le président dans son discours prémonitoire n'avait-il pas déclaré d'ailleurs que «les gens ne renoncent pas au voyage, mais ils les remettent à plus tard seulement».

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]leconomiste.com
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc