×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprise Internationale

    Grâce à son pôle automobile : Le groupe Fiat renoue avec les bénéfices en 1994

    Par L'Economiste | Edition N°:166 Le 09/02/1995 | Partager

    Le constructeur italien Fiat a clos son exercice fiscal 1994 avec un bénéfice imposable de 1.750 milliards de Lires (1.000 Lires = 5,5 DH) pour un chiffre d'affaires de 65.000 milliards, en hausse de 20% par rapport à 1993.

    Toutes ses activités ont affiché des résultats d'exploitation positifs. Au total , le résultat d'exploitation atteint, selon des chiffres provisoires, 2.750 milliards de Lires, soit 4% du chiffre d'affaires. En plus de ces performances, Fiat a réduit son endettement, qui passe de 5,247 milliards à 2.200 milliards. Cette réduction a été possible grâce à une compression des investissements et des dépenses de cherche et de développement. Ces chiffres contrastent avec les pertes historiques qu'avaient accusées le groupe en 1993. Celles-ci s'élevaient à 1.783 milliards de Lires. Dans sa lettre aux actionnaires, le patron de Fiat souligne que "le bilan de 1994 effacera complètement l'année noire vécue en 1993".

    Le groupe avait plongé dans le rouge à cause de la branche automobile et c'est cette même branche qui l'en a sorti en 1994. En effet, le redressement de Fiat résulte en grande partie de son activité automobile, y compris le poids lourd.

    Fiat Auto, qui constitue 46% de l'activité de la firme italienne, a vu son chiffre d'affaires croître d'environ 32% à 32.992 milliards de Lires. L'année dernière, elle a commercialisé 2,1 millions de voitures. Si les ventes de Lancia et d'Alfa Romeo sont prises en compte, le chiffre monte à 2,3 millions.

    Côté poids lourds, le constructeur a réalisé, avec 101.200 immatriculations, un chiffre d'affaires de 8.500 milliards de Lires, en hausse de 16% sur 1993.

    Fiat Auto aura ainsi profité de la reprise du marché européen et de la dévaluation de la Lire, le groupe exportant 60% de ses véhicules.

    Le retour aux bénéfices est également imputable aux efforts de restructuration entrepris depuis 1992. Ceux-ci ont permis de faire tomber les coûts de structure de 16,1% du chiffre d'affaires en 1993 à 13% l'année suivante.

    Le bond en avant du pôle automobile résulte enfin du renouvellement de la gamme de produits. En 1994, le groupe de Giovanni Agnelli a lancé sept nouveaux modèles, dont la Fiat Punto élue voiture de l'année. Cette année encore, sept autres nouveaux modèles doivent sortir des usines de Fiat.

    Malgré toutes ces performances et le rajeunissement de sa gamme, le constructeur italien s'est classé sixième à l'échelle européenne en 1994.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc