×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Gouvernance
Le conseil d’administration n’est pas un club

Par L'Economiste | Edition N°:2139 Le 27/10/2005 | Partager

. Le schéma de l’OCDE est difficilement transposable dans l’entreprise marocaine Le «Vernimmen», référence connue de la finance, par des générations d’étudiants et de professionnels, a choisi de s’ouvrir sur de nouveaux concepts qui prennent de plus en plus d’importance dans la gestion des entreprises. L’édition 2005 de cet ouvrage est en vente au Maroc depuis la semaine dernière.Yann Le Fur, banquier d’affaires, enseignant à HEC Paris et coauteur de l’ouvrage, l’a présenté la semaine dernière à l’ESCA. L’auteur a choisi de mettre le point sur le concept de la gouvernance d’entreprise, auquel sont consacrées de larges explications dans le livre. Il a souligné la difficulté de trouver une signification exacte pour ce concept. Mis à part la définition générique de l’OCDE «Ensemble des mécanismes et des procédures qui encadrent la création de valeur», cette notion englobe une panoplie d’acceptions. Elle est liée, en premier lieu, à la distinction entre les rôles de l’assemblée générale et du conseil d’administration. Mais elle prend des dimensions plus étendues en intégrant la responsabilité des «Stakeholders» (créanciers, fournisseurs, personnel) dans la création de valeur. La gouvernance d’entreprise englobe également la définition du pouvoir des contrôles internes et externes ainsi que les outils de communication financière. En dépit de son caractère régulateur, aucune loi ne définit avec précision les mesures relatives à la gouvernance d’entreprise. Le cadre juridique est limité aux normes du marché. Dans son acception la plus large, la notion de gouvernance n’est applicable qu’aux sociétés cotées, ce qui exclut théoriquement la grande majorité des entreprises et du tissu économique. La gouvernance d’entreprise est devenue un critère important dans le choix des investisseurs financiers. Ces derniers jugent les titres en fonction des scores que leur attribuent les agences de rating. «Les mesures de bonne gouvernance, prises en considération par les agences de rating, contribuent à formaliser l’investissement financier, mais elles constituent une drogue pour les investisseurs qui se fient aux remarques externes sans se référer aux réalités de l’entreprise», explique Le Fur. L’auteur a souligné la nécessité de coopérer entre le conseil d’administration et le management. «Le conseil d’administration d’une entreprise n’est pas un club. Quel que soit le niveau de prestige de ses membres, ils doivent être assidus, motivés et bien informés, pour mener à bien leur mission de contrôle», affirme Le Fur. La bonne gouvernance évolue en fonction de la maturité de l’entreprise. Elle est essentiellement sollicitée lors de la phase de croissance où le capital devient dispersé. La configuration du tour de table des sociétés cotées au Maroc, caractérisé par un faible flottant, réduit la portée des schémas «formels» de la gouvernance d’entreprise.


Un tour complet

Pascal Quiry et Yann Le Fur ont coécrit la sixième édition du Vernimmen, une mise à jour réussie de la théorie financière dans toutes ces facettes. L’ouvrage est structuré en quatre parties. La première explique les différents mécanismes du diagnostic financier qui représente le b.a.-ba de la réflexion dans ce domaine. En deuxième partie, les auteurs traitent la dynamique des investissements dans les marchés financiers en mettant en exergue la gestion des risques et la typologie des titres négociés. L’ouvrage décortique dans sa troisième partie, la composition de la politique financière de l’entreprise. En dernière partie, l’ouvrage met le point sur la gestion financière de l’entreprise, notamment en matière d’évaluation des fonds et de gestion de l’endettement.Nouaïm SQALLI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc