×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    International

    Gouvernance d'entreprise: Les nouvelles normes de l'OCDE

    Par L'Economiste | Edition N°:1685 Le 16/01/2004 | Partager

    . Renforcement des droits des actionnaires et prévention des conflits d'intérêtsCOMME annoncé par L'Economiste, l'OCDE a révisé ses principes de gouvernance d'entreprise en réaction aux scandales financiers. Le détail du projet de révision est aujourd'hui accessible au public pour qu'il donne son avis (www.ocde.org). Le nouveau projet de texte définit des normes encore plus exigeantes dans un certain nombre de domaines. Il précise que les investisseurs doivent avoir le droit de désigner des candidats aux postes d'administrateurs et aussi de jouer un rôle plus actif dans leur élection. Les actionnaires doivent avoir la possibilité d'exprimer leurs points de vue sur la stratégie de rémunération des administrateurs et des dirigeants, et de poser des questions aux réviseurs. Le texte invite les investisseurs institutionnels à divulguer leurs stratégies globales en matière de vote, et à indiquer comment ils gèrent les conflits d'intérêts pouvant effectivement avoir une incidence sur l'exercice des principales fonctions qui leur reviennent, en tant que détenteurs d'une participation au capital, et notamment de leurs droits de vote.Les nouveaux principes ont fait également mention de la nécessité d'assurer une protection effective des droits des créanciers et de prévoir un système efficace de règlement des faillites. Les organismes de notation, les sociétés de Bourse et autres fournisseurs d'informations ayant le pouvoir de peser sur les décisions des investisseurs doivent faire état des conflits d'intérêts pouvant surgir entre eux et les investisseurs, et de diffuser des informations sur la manière dont ils gèrent de tels conflits.Il est prévu qu'une version finale des principes dûment révisés soit soumise aux gouvernements des pays de l'OCDE pour approbation à la réunion annuelle du Conseil de l'OCDE au niveau des ministres, qui se tiendra les 13 et 14 mai 2004. Selon Donald Johnston, une fois que le nouveau texte aura été approuvé, il incombera aux pouvoirs publics, aux sociétés, aux groupes d'investisseurs et aux autres intervenants de mettre en oeuvre les recommandations qu'il contient, et à l'OCDE de suivre de près ce processus. Les principes de l'OCDE couvrent d'ores et déjà une large palette de sujets qui ont été au coeur des fameux scandales. Ils comportent des recommandations relatives au respect de normes de qualité très strictes en matière de comptabilité et de révision des comptes, à l'indépendance des administrateurs et à la nécessité pour le Conseil d'administration d'agir dans l'intérêt de la société et des actionnaires.(AFP)

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc