×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Politique Internationale

    Goldeneye: James Bond contre la mafia russe

    Par L'Economiste | Edition N°:232 Le 30/05/1996 | Partager


    Action, danger, sexe, humour et aventure: le cocktail préféré de James Bond. Depuis le 29 mai, James Bond arpente les affiches des salles de cinéma dans le film "Goldeneye". L'avant-première du film, au Lynx, le 24 mai, aura déjà fait succomber les "bondophiles" par ce nouvel épisode de bonne facture.
    L'agent 007 est donc de retour. Racé, élégant, frondeur, cynique... british en diable, le plus célèbre des espions a désormais le visage de Pierce Bosnan. Ainsi, après Sean Connery, George Lazenby, Roger Moore et Timothy Dalton, Bosnan reprend le rôle du héros-culte de Ian Fleming. Trente trois ans après "James Bond contre Dr No", il affronte le crime organisé de la nouvelle Russie, armé de son courage et de ses gadgets. Une nouvelle mission, pleine de dangers et de sublimes créatures. L'histoire se déroule de nos jours. La guerre froide est finie, mais James Bond doit pénétrer en Russie pour infiltrer la mafia locale et récupérer une nouvelle arme secrète et redoutable, "Goldeneye", d'ailleurs titre du film qui signe le énième épisode des aventures de James Bond.
    Pierce Bosnan interprète un personnage qui vit depuis 33 ans sur les écrans. Trois générations de spectateurs ont grandi avec cette légende créée en 1953 et popularisée par le cinéma.
    Le succès rencontré aux Etats-Unis et en Europe prouve aujourd'hui que l'attente "bondienne" existe toujours.
    Dans "Goldeneye", rien n'est oublié: prégénérique, le générique dans la lignée de ceux du père fondateur, Maurice Blinder, le "my name is Bond, James Bond", les visites chez M et le malicieux Q qui dévoile les nouveaux gadgets pour 007, les girls et les actions de bravoure: "détruisez l'arme secrète et surtout... revenez vivant". En un peu plus de deux heures, James Bond sabote une usine de gaz, joue au casino, pilote un avion, négocie avec des trafiquants, pose des bombes, succombe au charme de belles femmes... et s'en sort sans aucune égratignure.
    Avec ses jeux de scènes, sa mouvance, Pierce assure dignement la relève de Sean Connery et des autres. Durant toute la durée du film, le nouveau James Bond, sans rien ôter au charme de ses prédécesseurs, est un héros comme le spectateur les aime: entre d'Artagnan et Indiana Jones. Espion et gentleman, Bosnan a l'il bleu glacé et le sourire fatal.
    En dépit de certaines cascades "lourdes" et des effets spéciaux "exagérés", Goldeneye reste un "Bond" de fort bon niveau. D'abord parce que Pierce Bosnan, qui succède à Timothy Dalton (peu regretté) est un remarquable 007. Il a de la classe, de l'humour et porte à merveille le smoking. Ensuite, grâce à la mise en scène efficace et réussie de Martin Campbell, les scènes d'action sont des modèles de découpage technique. L'un des clous du film: la poursuite en char d'assaut dans les rues de Saint-Petersbourg, menée tambour battant, mais aussi avec beaucoup de finesse. Paysages de montagnes et de neige à perte de vue, courses de voitures, explosions, mais aussi effets spéciaux donnent un résultat visuellement impressionnant. Dans tous les cas, l'histoire reste suffisamment bien menée, saupoudrée d'action, d'humour et de suspense, pour offrir aux amoureux des aventures de James Bond deux heures et dix minutes de grand spectacle.

    Meriem OUDGHIRI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc