×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Europe

    Globalisation: Les risques culturels

    Par L'Economiste | Edition N°:325 Le 09/04/1998 | Partager

    Uniformisation des cultures, aggravation des disparités... La globalisation fait courir plusieurs risques. La Fondation Abderrahim Bouabid en dresse une liste dans un séminaire consacré à "la globalisation et identité culturelle".


    L'identité culturelle est en danger. La globalisation rampante la menace. Cette problématique a plané sur le séminaire consacré à "la globalisation et l"identité culturelle", organisé les 3 et 4 avril conjointement par la Fondation Abderrahim Bouabid et la Commission Progrès Global créée par l'International Socialiste. Cette rencontre a été ouverte par M. Abderrahman Youssoufi, Premier ministre, qui a estimé que "le Maroc d'aujourd'hui n'est pas celui d'hier". Pour lui, le monde assiste à l'émergence d'une nouvelle société: celle de l'information et du savoir. Elle est le fruit des pro-
    grès des technologies de l'information et de la communication.

    Antidote


    Il a expliqué que la maîtrise de cette information et du savoir est une première source de pouvoir. "Nous nous devons d'utiliser pleinement les possibilités offertes par la société de l'information et les technologies nouvelles de communication afin de promouvoir une information libre, autonome, diversifiée, à la fois plurielle et thématique, interactive et personnalisée", a ajouté M. Youssoufi devant un parterre d'universitaires et de politiques nationaux et étrangers.
    Le phénomène de glo-balisation transforme le monde en un village planétaire avec une tendance à l'uniformisation culturelle. Cependant, le Premier ministre propose un antidote: "développer les cultures nationales et locales".
    Cette position est partagée par M. Felipe Gonzalez, ancien chef de gouvernement espagnol et invité de ce colloque. Il a en effet insisté sur la nécessité de sauvegarder les spécifiés culturelles de chaque communauté.

    Ethique de solidarité


    Selon lui, la globalisation a modifié les concepts de l'Etat-Nation. Il a par ailleurs mis l'accent sur la nécessité de faire de la formation du capital humain, l'une des premières priorités des politiques gouvernementales. Le président du "Progrès Global" a invité le monde occidental à s'ouvrir davantage sur les pays du Tiers Monde.
    L'inauguration officielle a cédé par la suite le pas aux travaux des trois ateliers. Le premier, consacré au "pouvoir médiatique global et société de l'information", a été dirigé par Armand Mattelart, professeur à l'Université Paris VIII et spécialiste de la communication et de la globalisation. Les participants ont analysé l'importance des mutations technologiques et le pouvoir qu'elles réfèrent. Dans son intervention, le Syrien Burhan Ghalioun, directeur du Centre d'Etude sur l'Orient Contemporain à la Sorbonne, a été clair sur la question: "les mutations technologiques ne réduisent pas les inégalités, elles les aggravent. Pis, elles fournissent les moyens aux uns de dominer les autres". Pour lui, il faudra y remédier en développant une éthique de solidarité qui permettra à toutes les cultures de participer dans le processus de globalisation.

    Cette même éthique était au centre du deuxième atelier sur les "Médias et identité". M. Alain Touraine, professeur français de sociologie, a insisté sur le fait que les médias jouent un rôle essentiel dans la création d'un nouvel espace public dans lequel se forme l'individu. Il a rappelé que "le rôle des médias n'est pas de mondialiser, mais d'indi-vidualiser". Concernant la mondialisation, M. Touraine a déclaré: "Nous ne vivons pas un processus de globalisation, mais plutôt un processus de dissociation du monde technico-économique et celui culturel".

    Le rôle des médias

    Quant à Mme Gema-Martin Munoz, sociologue espagnole, spécialiste du monde arabe, elle a souligné l'importance du rôle joué par les médias dans la création d'idées et de paradigmes nouveaux.
    Le dernier atelier a porté sur le thème "Politiques de communication et participation", en présence de M. Michel Rocard, ancien Premier ministre français, qui a insisté sur le caractère historique de la globalisation.
    Sur le même registre, M. Gonzalez a paraphrasé M. Willy Brandt qui avait coutume de dire: "le monde n'a jamais connu autant de dangers et de chances qu'aujourd'hui. C'est à nous de multiplier encore plus les chances et de réduire au maximum les dangers pour sortir de l'impasse de notre époque".

    A. B. & G. A.


    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc